Danièle Obono enlève le masque

Par Samedi 24 juin 2017 Permalink 1

Le défi des journalistes de RMC de faire dire « Vive la France » à une élue du peuple français, Danièle Obono, n’a pas été relevé. Quand on écoute le passage de l’émission, l’auditeur sent bien que l’idée de dire tout haut ce slogan politique la heurte. Là où Emmanuel Macron s’égosillait, la député préfère se taire.

La tempête médiatique qui s’en suit est un bel exemple de tartuferie. Qui peut croire sincèrement que des gens comme cette femme aiment la France. Elle vient d’être élue dans une circonscription au nord de Paris où les français de souche suite au volontarisme de Delanoé puis de Hidalgo sont devenus des invisibles. Elle signait il y a peu une pétition en faveur de la chanson « Nique la France ». Son parcours politique n’est qu’une suite de prises de positions négatives envers « son » pays. Mais ça ne fait rien. Il faut faire semblant de croire que la député de France Insoumise a la fibre patriotique alors que tous les gens de bon sens savent que la nationalité française bradée sur un bout de papier ne veut strictement plus rien dire.

Danièle Obono est une mondialiste qui n’a strictement rien à faire de la France. Elle souhaite certainement profondément son envahissement par l’Afrique pour saboter sa culture de l’intérieur. Elle est très claire dans sa tête alors que ceux qui soutiennent sa ligne politique n’en comprennent pas toujours les conséquences. La réaction très surprise voire outrée des journalistes de l’émission de RMC est parfaitement révélatrice. Ces gens promeuvent l’immigration à longueur de temps et s’étonnent après que ceux qui entrent n’ont aucune empathie pour leur pays d’accueil. C’est pourtant l’évidence quand on les voit répliquer les habitudes de leur pays d’origine sans se soucier de ce qui se fait ici.

Danièle Obono préfère donc comme tant d’autres niquer la France que de la voir vivre encore longtemps. Au train où vont les choses elle arrivera vite à ses fins. Et les ravis de crèche ne se seront aperçus de rien!

Frédéric Le Quer