Crispation des européistes

Par Lundi 18 janvier 2016 Permalink 2

La toute nouvelle procédure de sauvegarde de l’état de droit a été engagée par la commission européenne à l’encontre de la Pologne, le 13 janvier. Les pontes européistes s’affolent quand les urnes permettent de mettre en face d’eux des gens qui leur sont hostiles et c’est le cas depuis les élections législatives de fin octobre dernier qui ont vu la victoire du parti Droit et Justice de Jaroslaw Kaczynski.

Vouloir procéder à la sauvegarde de l’état droit, dans un pays qui a voté démocratiquement il n’y a même pas trois mois est assez osé! Mais les européistes ont peur de la façon dont le vent tourne et sont capables de tout pour faire perdurer leur régime qui ne protège que les caciques.

ça va faire 4 ans que la France est dirigée par un président qui n’a pas 20% d’opinions favorables dans les sondages, mais là il n’y a pas de problème d’état de droit! Depuis un an, près de 200 morts ont endeuillé la France à cause du terrorisme mais l’incompétent ministre de l’intérieur reste accroché à son poste comme un coquillage à son rocher sans démissionner, mais pas de problème d’état de droit là non plus. Toutes les prises de positions souverainistes sont interdites dans les grands médias, mais pas de problème d’état de droit! Les faits divers horribles qui ne correspondent pas à ce qui est matraqué partout sont cachés le plus longtemps possible mais pas de problème d’état de droit! La submersion de l’Europe occidentale par des musulmans sans demander aux peuples ce qu’ils en pensent ne pose pas de problème d’état de droit.

L’état de droit à Bruxelles c’est le fait d’être d’accord avec une construction européenne de plus en plus inégalitaire, anxiogène et autoritaire. L’état de droit, c’est avoir l’euro, recevoir des réfugiés par millions, avoir des médias nationaux le petit doigt sur la couture du pantalon pour relayer les politiques européistes, et avoir un conseil constitutionnel toujours du même avis que Bruxelles. L’état de droit c’est mettre en concurrence les millions de travailleurs européens avec le reste du monde pour leur dire après qu’ils sont trop chers. L’état de droit c’est aider toujours plus avec l’argent public des multinationales qui ont de moins en moins d’employés. L’état de droit c’est taxer toujours plus les petites entreprises. L’état de droit c’est ubériser tout pour faire bosser les gens 7 jours sur 7.

L’état de droit à la sauce bruxelloise a plu à voir avec les dérives totalitaires et antidémocratiques qu’avec le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Un axe allant de Varsovie à Londres en passant par Budapest se met en place. Ces trois pays souverains sont en train de s’allier pour représenter une alternative politique. Le beau projet européen a vécu. Les européistes n’étaient vraiment pas à la hauteur.

Frédéric Le Quer