Corruption

Par Jeudi 9 février 2017 Permalink 1

La corruption fait actuellement la une de l’actualité de Bucarest à Paris. Les roumains écoeurés par leurs politiciens sortent dans la rue et parviennent à les faire reculer concernant le mise en place d’un retour de la bienveillance législative pour les corrompus.

Les femmes magistrates qui président les cours de justice (que des femmes décidément l’avenir de l’homme!), étaient en train de remettre de l’ordre dans un pays où l’économie parallèle était estimée en 2014 à 31 % du PIB. Leur Direction Nationale Anticorruption était considérée comme l’une des cinq institutions anti-corruption les plus efficaces en Europe. La DNA a mis en examen plus de 3 000 ministres, députés, sénateurs, maires, et hauts fonctionnaires. En 2014, un bilan record a été atteint : 9 100 dossiers traités et plus d’un millier de personnes traduits en justice. En juin 2015, Victor Ponta, à l’époque Premier ministre, a été contraint de démissionner suite à sa mise en examen pour blanchiment d’argent, conflit d’intérêts, évasion fiscale, faux et usage de faux, ainsi que quatre de ses ministres, dix maires de grandes villes, neuf présidents de conseils régionaux et quatorze élus siégeant au Parlement. En septembre 2015, le maire de Bucarest Sorin Oprescu a été accusé par la DNA d’avoir mis en place un système de pots-de-vin. (rapport de l’institut gestion public et développement économique).

Sacré beau résultat qui continuera peut-être grâce à la mobilisation des citoyens!

La France n’est que le 23e ou le 26e selon les organismes, des pays les moins corrompus, du côté du Qatar ou de l’Uruguay. L’affaire Fillon ne risque pas de donner une meilleure perception de notre pays. Toutes ces grandes entreprises qui ont donné du travail à la société de conseil de l’ex premier ministre n’accréditent pas une moralité à toute épreuve entre monde économique et dirigeants politiques. L’impression d’un donnant donnant, d’un échange de bons procédés est dramatiquement prégnante.

Mais peut-être que le pire n’est pas là. L’Allemagne qui voyait indéniablement dans François Fillon le moyen de faire renaître le couple franco allemand avec une politique de l’offre décomplexée, est dégoûtée. Dans un état où Sarkozy est en correctionnel, Cahuzac bientôt en prison, Guéant aussi, les caciques du PS repris de justice mais inamovibles, cela fait beaucoup, cela fait trop. Fillon s’en sortira éventuellement judiciairement mais sa crédibilité étant totalement ruinée, nos voisins pensent de plus en plus qu’ils traînent avec nous un boulet. La presse allemande s’accorde à reconnaître qu’un pareil politicien, en République fédérale, aurait été forcé depuis longtemps de se retirer. Alors l’Allemagne qui veut plus d’Europe ne la veut plus avec tout le monde . « il y aura une Union européenne à différentes vitesses » dit Merkel. La France jouera en deuxième division.

Frédéric Le Quer