Confrontation gauche droite: la mystification

Par Mercredi 4 janvier 2017 Permalink 4

La propagande que subissent les français, tente de recadrer le débat politique avant la présidentielle sur une confrontation gauche droite arbitrée par l’extrême droite, comme ils disent. Cet archétype permet de nier le paradigme nouveau, nouveau enfin tout est relatif, nier cette représentation du monde qui date de la toute fin du XXe siècle impliquant la séparation véritable, le vrai choix entre les mondialistes et les souverainistes.

Contre l’évidence, contre les faits, contre les politiques menées depuis cette période, les médias cherchent à découvrir un clivage gauche droite donnant l’illusion aux électeurs de choisir mais permettant principalement de ne jamais rien changer sur le fond. Les Républicains ou le Parti Socialiste feront la même politique, exactement la même, celle que l’on connait depuis 20 ans, celle qui ne résorbe jamais le chomage, celle qui appauvrit inéluctablement les classes moyennes, celle qui insécurise les jeunes vis à vis de leur emploi, celle qui fragilise les vieux, celle qui transforme la France à coup de centaines de milliers d’étrangers en plus chaque année sur notre sol. Ceci est la politique voulu par le pouvoir économique relayée par des candidats dont la rivalité se limite à une querelle de personne. Ni Macron, ni Valls, ni Fillon (ce dernier reculera à l’approche de l’issue finale sur ce qu’il a promis, vu qu’il a déjà commencé avec la sécu et vu qu’avec des soutiens comme Lemaire on ne peut rien espérer) ne transformeront une France que les français ne reconnaissent plus, dans laquelle ils sont mal à l’aise, pour laquelle ils perdent leur affection. Ces trois personnalités représentent un même bloc cohérent, respectable, mais dont l’idée de la France se situe au rang d’une sous préfecture mondiale. On n’est pas forcé d’être d’accord.

L’autre bloc dont la figure de proue est Marine Le Pen, mais avec aussi Dupont Aignan, Henri Guaino, pour Mélenchon personne ne comprend très bien où il en est, ce bloc donc développe une politique alternative, propose véritablement le changement, recentrant tout sur la France, rejetant cette appréhension de la mondialisation qui fait perdre leur âme à tous les pays qui s’y soumettent. Le vrai débat est entre eux, les souverainistes, et les trois autres.

Mais si l’oligarchie admet cette vision du paysage politique, elle se met alors en grand danger. Son intérêt est de multiplier les faux nez pour donner à croire malhonnêtement que les gens obtiendront le changement qu’ils réclament sans passer par les souverainistes. Le choix gauche droite est un faux choix dans le cadre de la mondialisation puisque dans ce contexte la France reste prisonnière du reste du monde. Mais c’est celui qui fera que rien ne bougera. Alors il reste à discréditer le véritable adversaire par tous les moyens pour effrayer l’électeur. C’est facile, tous les médias officiels y sont favorables. Ces derniers ont d’ailleurs déjà commencé en associant systématiquement le nom de Marine Le Pen avec la formule « candidate d’extrême droite ».

Frédéric Le Quer