Conférence de presse de François Hollande

Par Lundi 7 septembre 2015 Permalink 23

Un débat au parlement sur le sujet des réfugiés va avoir lieu déclare le président de la république dans sa conférence de presse. Evidemment, ça ne sert strictement à rien, un peu comme celui sur la Grèce qui n’a même pas deux mois et dont personne ne se souvient! Mais les migrants sont partout dans les médias et la submersion migratoire pour reprendre le terme de Marine Le Pen, est appréhendée bien différemment du Front National au Parti Socialiste.

Le président parle d’autant plus de choix ou de volontarisme ou de cap qu’il subit de plein fouet les événements internationaux sans  rien maîtriser.  Il clame toujours plus d’Europe rejetant toute remise en cause de l’espace Schengen ou de l’euro persistant à vouloir faire croire qu’aucune autre voie n’est possible. Ce serait selon lui la condition de sa souveraineté! Plus c’est gros, plus ça passe!

Très solidaire, il ne veut pas laisser l’Allemagne seule avec le problème des migrants venus de Hongrie et annonce que la France va lui venir en aide en acceptant une part d’entre eux, après aussi avoir soutenu la Grande Bretagne en faisant de Calais un camp retranché. Gouvernements européens, si vous avez une difficulté avec l’immigration dans votre pays, demandez à François Hollande! Il s’est trouvé la mission de dépanner l’Europe entière!

Si il y a un dossier, le seul surement où François Hollande agit c’est donc celui du flux migratoire. Mais il agit de la façon la plus lâche possible en ne cherchant pas à s’y opposer au contraire mais en l’accompagnant dans un laxisme consternant dénotant sont peu d’intérêt pour une culture française qui inéluctablement disparaît, engloutie par le mondialisme.

Après le Mali, surement pour augmenter sa cote de popularité,  le chef des armées a dans le viseur la Syrie. Reconnaissance aérienne puis bombardements puis destitution de Bachar el Assad sont son programme… Et tout ça ne devrait rien coûter au budget de l’état selon lui! Ces interventions sur un sol étranger sont proprement scandaleuses, colonialistes et totalement contre productives en tuant une population qui ensuite et avec raison en veut à l’occident. C’est aux arabes de choisir leur régime, pas à nous de leur dire ce qui est bien ou mal car c’est à eux de le supporter sans chercher à le fuir.

La conférence de presse de François Hollande montre sous couvert de « ce qu’est la France », sans doute veut-il parler d’humanisme, la démission du pouvoir politique face au problème civilisationnel. Trop lourd problème pour un petit chef d’état… Le peuple français comme aime à dire François Hollande en plein déni de réalité, sera dans quelques années une pure fiction ne représentant rien de concret sur un territoire occupé par des communautés diverses et variées. Un peuple s’est d’abord l’inverse de la disparité, c’est l’unité. Mais nous sombrons dorénavant dans le patchwork!

Frédéric Le Quer