Compte à rebours avant la révolte

Par Mercredi 19 août 2015 Permalink 25

Rarement autant d’alertes négatives ne se sont manifestées quelque soit le domaine regardé. Pour être très clair tout ne fait qu’empirer sans que des solutions possibles ne soient mises sur la table ou même apparemment envisagées pour éviter une révolte qui se dessine. Une sorte d’inéluctable se développe.

Sur le plan social, le déferlement d’étrangers dans la misère, dans des proportions jamais égalées, à travers toute l’Europe, crée des tensions avec les populations otoctones. Les dirigeants de certains pays européens, comme le Danemark, commencent à menacer par voix de presse les migrants qui souhaiteraient venir, remplaçant ainsi leurs frontières dont ils n’ont plus la maîtrise dans le cadre de l’Union Européenne par des discours se voulant de moins en moins accueillants. La Grande Bretagne durcit les conditions d’entrée. Quand ce ne sont pas les politiques qui prennent la situation en main, la population se braque de plus en plus. Tous les jours en Allemagne un foyer d’immigrés est incendié! Au fil des mois, cette situation non gérées par Bruxelles, risque de tourner à la guerre civile.

Sur le plan économique, l’UE , qui cinq ans après les USA espérait enfin retrouvée la croissance, voit tout espoir s’effondrer. La bourse de s’y trompe pas. Les cours des grands indices actions, des matières premières, de la paire €/$ casse leur moyenne mobile à 200 jours, signe particulièrement négatif dans nos contrées financiarisées à l’extrême. Seule l’impression monétaire de la BCE permet encore de sauver la face. La Chine se lance sur la même voie en donnant l’impression de reproduire les mesures choisies en occident sans vraiment rien maîtriser. Les cours très bas du pétrole ou de l’acier sanctionnent sans contredit une absence de reprise économique à l’horizon d’au moins un an.

Sur le plan politique, enfin, le déficit démocratique ressenti particulièrement en Europe, enlève une bonne part de légitimité aux décisions prises. Les populations voient de plus en plus leurs choix ignorés sous le prétexte fallacieux qu’il serait mauvais! Le gouffre se creuse entre les citoyens et ceux qui les gouvernent. Ces derniers se crispent régulièrement, passent en force quelque soit le sujet, et nourrissent ainsi un ressentiment qui aboutira à la révolte. Le cas français est très intéressant car le gouvernement maintient la paix sociale en creusant de façon honteusement inconséquente le déficit public. Une bombe à retardement est en train de s’allumer…

Les dirigeants ont bien du mal à faire partager un semblant d’optimisme aux citoyens qui s’aperçoivent que la mondialisation, telle qu’elle est imposée, fait d’eux des victimes et non des gagnants. L’amoncellement de nuages très noirs au-dessus des têtes est annonciateur de mois à venir potentiellement terribles. Nous sommes dans le commencement des ces films catastrophes ou de ces tragédies antiques où le calme précède la tempête…

Frédéric Le Quer