Chômage en Allemagne

Par Mercredi 17 août 2016 Permalink 5

Ça y est! Le patronat allemand arrive à ses fins, le chômage en Allemagne commence à progressivement augmenter outre Rhin pour la première fois depuis 2013. Grâce à l’immigration le journal Bild estime que 110 000 personnes supplémentaires seront l’année prochaine en recherche d’un emploi.

Les attentats, les attaques au couteau, à la machette, les agressions sexuelles, le sentiment d’insécurité en constante progression n’auront pas été pour rien! La hausse du chômage entraînera la modération salariale souhaitée par les responsables économiques allemands et mise en scène par Angela Merkel. On est très loin de tout le cirque humaniste, droit de l’hommiste qui se pare d’une générosité artificielle pour faire avaler des couleuvres de plus en plus grosses à la population.

Ce résultat qui favorise les grandes entreprises ne présente aucun aspect positif pour le peuple. D’ici quelques années, les jeunes auront plus de mal à s’insérer sur le marché du travail, les mœurs évolueront vers plus de restriction à cause du fossée qui sépare le mode de vie occidental et moyen oriental, les échauffourées entre communauté deviendront un lieu commun. Les politiciens expliqueront qu’ils font le maximum pour régler le chômage des jeunes, le gouvernement s’insurgera contre les droits bafoués de la femme germanique, des sommes de plus en plus extravagantes seront dédiés aux quartiers d’immigration pour tenter de remédier à la fracture sociale. Les impôts augmenteront pour des classes moyennes qui ne verront pas le retour de cet argent versé au niveau d’une amélioration des services de l’état.

Mais Volkswagen, Daimler, Basf, Eon et tutti quanti seront arrivés à leur objectif de faire baisser leur masse salariale. Le marché du travail avec l’afflux de demandes tournera enfin en leur faveur.

Le modèle français est donc regardé de très près et fait des envieux! Mais c’est au prix du bien être des citoyens que les plus riches verront leurs revenus augmenter. La classe moyenne allemande, si elle n’arrete pas immédiatement ce mouvement, se prépare des années difficiles.

Frédéric Le Quer