Pierre Laurent se penche sur le cas Macron

Par Vendredi 12 mai 2017 Permalink 6

Le sénateur et directeur national du parti communiste français Pierre Laurent s'est fendu hier d'une analyse du cas Macron au vitriol. Les communistes sont certes depuis 40 ans devenus les idiots utiles du patronat, idiots utiles comme eux mêmes qualifiaient ceux qui sans être dans leur rang, les voyaient d'un œil favorable à l'époque de Staline. Ces nouveau idiots utiles du patronat donc ont préféré sacrifier la classe ouvrière française sur l'autel de l'immigration en l'exilant dans ce qu'on appelle dorénavant le périurbain plutôt que de la voir s'embourgeoiser, mal voter. Les caciques communistes ont voulu à tout prix garder leurs places. Ils les perdent toutes et ont en plus le déshonneur d'être des traîtres. Mais cela ne leur empêche pas d'avoir parfois des éclairs de lucidité! Voilà la déclaration de Pierre Laurent diffusée sur France Culture ce matin au journal de 7h30 dans son jargon qui veut faire peuple: "Moi, ça me fait un peu rigoler le renouvellement à la Macron! On va remplacer les députés sortant par leurs chefs de cabinet; on va remplacer les députés qui défendaient les intérêts de la finance par les chefs d'entreprise qui leur demandaient de le faire! Voilà le renouvellement à la Macron! ...

La démocratie KO

Par Jeudi 11 mai 2017 Permalink 3

Si la république est en marche, la démocratie vit un terrible coup d'arrêt. L'UMP est né avant le deuxième tour des présidentielles de 2002 mettant aux prises Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen. En plus des durs du RPR, il rassemble de Jean-Louis Borloo à Christine Boutin. Son objectif d'être le parti unique de la droite et du centre est quasiment rempli. Seul Bayrou fait de la résistance mais il ne représente à cette période que lui-même. On s'aperçoit aujourd'hui que les fondateurs de l'UMP jouent petit bras. Ce sont des politiques aux idées forgées par Science po et l'ENA: le clivage droite gauche reste un marqueur rassurant dans l'objectif d'une carrière. A chacun de jouer sa partition au sein de clans bien séparés, étanches. Aucune tentative d'ouverture n'a lieu. Ce rappel sert de parallèle avec la création actuelle de République En Marche (REM). Même genre de deuxième tour à la présidentielle. Même démarche pour reconfigurer le paysage politique avec en vue les législatives. Même tentative d'un seul parti de mettre le grappin sur le destin de la France sous couvert de grand rassemblement. Mais les ressemblances s'arrêtent là car l'UMP en 2002 ne refuse pas au PS d'exister; il veut juste ...

Le parti unique

Par Mercredi 10 mai 2017 Permalink 4

La "République en marche" aura bientôt le monopole de la vie politique. Évidemment les apparences vont rester sauves: rien sur le plan légal ou constitutionnel; juste une situation de fait. Un parti unique, la ploutocratie en a rêvé, les citoyens lui offrent sur un plateau! Des Républicains aux socialistes, tous se rallient au panache blanc d'Emmanuel Macron. Ceux qui gardent quelques pudeurs, affichent non pas des idées divergentes mais sont réservés sur le timing. Ils préféreraient que l'union se fasse après les législatives qu'avant... Ils semblent tenir à embrouiller les électeurs jusqu'au bout. Mais incontestablement, la France se dirige vers une vie politique monopolistique entraînée par des médias influençant l'opinion publique de plus en plus ouvertement. Hors Macron, point de salut! Hors la République en marche, pas d'avenir. Pour le Bild en Allemagne, notre nouveau président est la dernière chance pour la France... Rien que ça! Ce qui arrive a des relents de boulangisme: tout le monde recommande l'homme providentiel, des bonapartistes aux républicains en passant par les monarchistes!!! A notre époque, il s'agit d'une collusion évidente d'Emmanuel Macron avec les milieux d'affaire mais parallèlement la gauche vient en masse se joindre au mouvement. L'européisme a remplacé le nationalisme. L'espoir renaît dans ...

Se dédouaner sur Bruxelles

"Nous sommes confrontés avec la France à un problème particulier. Les français dépensent trop d'argent et ils le dépensent au mauvais endroit. Les français consacrent 53 à 57% de leur produit intérieur brut à leurs budgets publics; compte tenu du niveau relativement élevé de la dette, cela ne peut pas fonctionner dans la durée. Le futur chef d'état ne peut compter sur la mansuétude de ses partenaires européens sur cette question. Il appartient aux français de faire un geste dans la direction des autres." Ainsi parlait hier diplomatiquement de Bruxelles, Jean-Claude Junker. Le maintien coûte que coûte dans l'€ que veut absolument la population, ne se fera évidemment pas sans larmes. L’élaboration du budget de la France, acte de souveraineté nationale s'il en est, sera bientôt mise sous tutelle. Parions que troïka, Eurogroupe ou une autre instance européenne similaire vont expliquer aux français comme elle l'explique aux grecs, ce qu'il convient de faire pour "bénéficier" d'une monnaie allemande! Emmanuel Macron espère sans doute que les réformes décidées par une instance supranationale seront mieux acceptées par la population et lui permettront de se dédouaner. Ses appels au fédéralisme ont ce seul but. Les grands médias ne se font d'ailleurs écho que de ...

La victoire du président Macron

Par Lundi 8 mai 2017 Permalink 3

La victoire du président Macron est aussi large que fragile. Seulement 4 électeurs inscrits sur 10 ont voté pour lui. 16 millions de français ont donc voté blanc ou nul ou se sont carrément abstenus. Le nouveau président de la république obtient cette fonction par défaut, faute de mieux. Faute de mieux... Marine n'a jamais fait oublier Le Pen. Le mouvement bleu marine n'a jamais fait oublié le Front National. Pire le débat du second tour entre les deux finalistes a mis en évidence des attitudes, des mimiques désagréables par cette femme bien mal coachée que beaucoup d'électeurs pensaient être dévolues à un autre temps. Si le souverainisme a un avenir comme nous le pensons ici, il ne peut être le fruit du népotisme ou d'un parti au passé sulfureux. Il doit se reconstituer autour de Dupont Aignan, Gaino, voire Philippeau, s'il met de côté ses vieilles lunes chevènementistes. N'oublions pas trop vite la scandaleuse attitude des médias! Les journalistes français se sont pour la plupart totalement discrédités lors de la campagne électorale par un parti pris systématique en faveur d'Emmanuel Macron. Payés par ceux qui ont sponsorisé le candidat, ils n'ont jamais ôté les chaînes qui les lient aux capitaines d'industrie. ...

La bête immonde

Par Vendredi 5 mai 2017 Permalink 3

"Le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde". Mais peut-être faudrait-il se mettre d'accord pour savoir qui est aujourd'hui en France cette bête immonde? La ploutocratie nous la désigne comme étant Marine Le Pen et ce qu'elle représente. La bête immonde, c'est elle, fasciste, raciste, antisémite. Du moins c'est ce qu'on a réussi à nous faire croire... Mais le propre de la bête immonde est de réussir sa prise de pouvoir. Elle s'insinue dans les esprits, elle s'infiltre dans les rouages essentiels de la société, elle avance masquée, mais elle avance pas à pas, surement. La bête immonde avant d'être immonde, séduit, caresse délicatement ses congénères, les amadoue. La bête immonde sait leur parler, son charisme rend les femmes amoureuses et les hommes lui sont fidèles. Longtemps. Très longtemps. Marine n'a aucune de ces caractéristiques. Elle a rebuté les électeurs avec sa sortie de l'€ cohérente avec un programme alternatif mais totalement incomprise par des citoyens peureux. Ce n'est pas une oratrice, de celles capables de transcender une foule, la faire sortir d'elle-même, l'emmener n'importe où du moment qu'elle le veut. Elle a raté sa campagne parce qu'elle n'a pas su être la sophiste qu'il aurait fallu ...

La présidence était déjà jouée

Par Jeudi 4 mai 2017 Permalink 1

Le débat d'hier a rendu un bien triste verdict. Le brouhaha incessant des candidats à la présidence de la république ne les a guère valorisé. Cela suffit néanmoins largement à Emmanuel Macron pour confirmer son statut de prochain chef d'état. Marine Le Pen n'a pas su développer ses arguments sur pratiquement tous les sujets. Du point de vue économique, tant était à dire pourtant sur la dette de la France, son manque de compétitivité vis à vis de l'Allemagne, son chômage endémique que ses solutions auraient pu apparaître comme une alternative à la politique suivie depuis 40 ans que fera perdurer Macron. Prendre tout par le petit bout de la lorgnette que constitue le cas Whirlpool, était largement insuffisant. Se laisser donner des leçons par un des piliers du système était naïf. Le reste fut à l'avenant. Même l'immigration fut mal évoquée. Aucun mot sur les boat people entre la Libye et la Sicile, aucun mot sur les solutions mises en place aussi bien par le groupe de Visegrad que par le Danemark pour s'en protéger, rien non plus sur la manière dont le gouvernement britannique a manipulé le nôtre sur les migrants de Calais et de ses environs. Aucun parallèle ...

Le quatrième pouvoir en question

Par Mercredi 3 mai 2017 Permalink 3

Le débat hyper médiatisé entre Emmanuel Macron et sa challenger Marine Le Pen se déroule ce soir dans un contexte où la liberté de la presse est remise en cause non seulement par ceux qui la détiennent, mais aussi simplement par ceux qui la font, i. e. les journalistes qui dans leur immense majorité se plient avec docilité aux idées de leur patron. "Reporters sans Frontières" reconnait que "la mainmise d’une poignée de milliardaires sur les médias s’est accentuée, aggravant ainsi la dépendance de certains groupes de presse aux pouvoirs économiques. Le risque de conflits d’intérêts n’a jamais été aussi grand, fragilisant d’autant plus l’indépendance des journalistes." Mais les journalistes réclament-ils vraiment une véritable indépendance ou préfèrent-ils continuer à avoir un job qui les rémunère grassement? La réponse est dans la question... Vincent Bolloré n'a jamais caché qu'il s'impliquerait dans la ligne éditoriale de Canal +. Les journalistes et animateurs que le groupe Vivendi embauche, sont les relais des idées et des intérêts de leur boss. Partout ailleurs, c'est pareil; si le journalisme d'opinion existe encore, c'est celui de la pensée unique, par définition inique! Les opinions divergentes ne se déploient plus que "dans certaines rédactions qui échappent encore à l’influence ...

Les algériens votent aussi

Par Mardi 2 mai 2017 Permalink 5

Un autre grand pays, le plus grand d'Afrique en superficie, vote aussi cette semaine. Le 4 mai, les algériens sont invités à élire leurs députés. À vrai dire ce scrutin n'intéresse personne pas plus en Algérie qu'à l'étranger! La clique Bouteflika est indéboulonnable. Le vieillard était déjà ministre de la jeunesse et des sports en 1962!!! Cet accaparement du pouvoir explique en grande partie les maux dont souffre la nation. Ce conservatisme éloigne les citoyens des urnes qui sont à peine au courant de ce scrutin et les jeunes plus particulièrement sont abstentionnistes à 80%. La liberté de la presse est remise en cause. « On ne paie pas les journalistes durant deux ans, c’est une manière de les asservir, de les aligner, de les conditionner et de leur enlever toute capacité d’esprit critique », explique Said Sadi un opposant au régime. Mais en tant que français, difficile de donner des leçons sur ce sujet compte tenu de qu'on voit pour notre présidentielle!!! Pourtant les chantiers en Algérie ne manquent pas. L'économie entièrement dépendante du pétrole est très alarmante. Toute la région au delà des frontières est d'une instabilité politique que tout le monde connaît, en partie due aux occidentaux, d'ailleurs. ...

Ticket Marine, Dupont Aignan

Par Lundi 1 mai 2017 Permalink 4

Nicolas Dupont Aignan a donc franchi le pas ce weekend assez logiquement. Ce leader n'avait strictement rien à gagner à être le énième soutien d'Emmanuel Macron et le ni ni lui aurait donné des airs de dégonflé. Il a même plutôt bien négocié son ralliement. C'est un deal win-win. S'il fait passer son statut de frondeur de droite à celui d'homme d'état, Marine qui n'a plus vraiment de nom de famille ni de parti politique, se "désostracise" à vitesse accélérée. Le projet du ticket Marine, Dupont Aignan est quasiment illisible sauf sur un point, leur volonté commune de mettre fin à l'immigration massive. Cela tombe bien, c'est pour cela que les suffrages vont sur eux. Il semble que la France dans le cas d'une victoire souverainiste pourrait être alors comparée au groupe de Visegrád avec un nombre d'habitants équivalent, faisant savoir à l'Union Européenne sa ferme opposition à l'accueil de migrants dans son pays et rejetant notamment l'idée des institutions européennes d'un système de répartition obligatoire de ceux-ci. Donc rien de très révolutionnaire au sein de l'UE sinon un autre axe à l'ouest du continent tentant de ne pas systématiquement dénigrer ses origines, de ne pas évacuer sa culture séculaire, de ...