La peur de l’islam (II)

Par Jeudi 19 octobre 2017 Permalink 2

Après avoir envisagé la crainte rationnelle des occidentaux de se voir submerger par une culture sclérosante, qu'est ce qui fait que malgré la peur de l'islam, ils ne dressent pas encore de frontières vraiment protectrices? D'abord, favorable aux flux migratoire d'Afrique ou du moyen-orient vers l'Europe, il y a l'extrême gauche internationaliste qui n'a cependant pas de réelle influence sur la politique même si l'idéologie d'anciens trotskistes devenus socialistes peut avoir un impact sur un programme de gouvernement. Dans la même veine on peut aussi mentionner pour la France les communistes ou les mélenchonnistes jouant dans la cour de l'islamo-gauchisme. Malgré les voix obtenues par Mélenchon aux dernières présidentielles, cela reste marginal dans la société et n'a pas d'impact à l'étranger alors que toute l'Europe est concernée par le phénomène migratoire. Si ce n'est pas directement dans les partis politiques agitateurs que la réponse se trouve, celle-ci ne peut être que dans la société civile. La théorie du ruissellement existe mais elle ne concerne pas l'argent directement. Le profit, la demande d'un rendement du capital toujours plus élevé explique à lui seul la politique migratoire de l'Union Européenne. L'afflux de mains d'oeuvre baisse les coûts de production en empêchant les hausses ...

L’ultradroite fait des siennes

Par Mercredi 18 octobre 2017 Permalink 3

Ça y est! Ils l'ont dégotée la terrible cellule d'extrême droite menaçant les honnêtes gens. Non, pas d'extrême droite... D'ultradroite! C'est le nouveau mot... Le pied nickelé qui la dirige, au visage déformé par la haine (un léger tic au visage, apprend-on!), loup solitaire, célibataire (d'accord il n'a que 21 ans mais c'est louche quand même!) s'apprêtait à... Bon, on ne sait pas bien au juste ce qu'il s'apprêtait à faire avec sa mère et ses potes... Mais c'était néanmoins terrible... Les puces de Marseille, un restau indien (Indien... Tiens! Bizarre...), Mélenchon, Castaner... Tout était possible. L'évantail est large. La démocratie est menacée. Rappelez-vous, il y a 15 ans, le type d'extrême droite, (on ne disait pas encore ultra droite pour mieux effrayer) qui avait voulu tuer Jacques Chirac sur les Champs! Rendez vous compte! C'était encore pire cette fois... Toute l'équipe, la bave au lèvre, l'arme au corps (ils n'avaient qu'une arme mais comptaient la faire passer de mains en mains, les cochons!) s’apprêtait à mettre le pays à feu et à sang. Nous ne remercierons jamais assez notre glorieuse administration qui encore une fois a su s'en prendre à ceux qui rappelaient les heures les plus noirs de ...

La peur de l’islam (I)

Par Mardi 17 octobre 2017 Permalink 2

La peur de l'islam, raisonnée, pas la phobie qui a quelque chose d'irrationnel, mais la crainte consciente de devoir, si ça continue, plier face à l'immigration musulmane, traverse toute l'Europe. Après l'AfD qui entre par la grande porte au parlement de Berlin, l'Autriche va voir le parti chrétien conservateur arrivé en tête des législatives, se coaliser avec le FPÖ, parti franchement anti-immigrationniste pour former un gouvernement. A ceci s'ajoute toujours les pays du groupe de Visegrad composé de la Hongrie, la Pologne, la République Tchèque et la Slovaquie qui refusent la politique d'accueil des étrangers chère à Bruxelles, mais aussi le Brexit dont l'une des causes principales est le laxisme des autorités européennes vis à vis du mouvement de population en cours. Plus anecdotiquement, au Danemark, la ministre de l'immigration s'est faite photographier avec un gâteau célébrant le cinquantième durcissement de la législation concernant l'accès des migrants dans son pays (voir image en une) ou la Belgique, guère connue pour ses mesures énergiques vis à vis de l'islam, vient d'interdire, il y a quelques jours, le port du voile pour les jeunes filles à l'école. Une enquête réalisée par Fondapol, le mois dernier, dans 26 pays de l'UE, montre que ...

Premier de cordée

Par Lundi 16 octobre 2017 Permalink 1

L'idée de la valeur d'un homme pour Emmanuel Macron s'arrête donc à l'épaisseur de son portefeuille. Un "premier de cordée", comme il dit, n'est pas un penseur, ne porte pas une quelconque philosophie de la vie, un leader, pour notre président, est un type plein aux as! Gandhi n'eut, dans la grille de lecture de notre président, jamais eu l'autorité pour libérer l'Inde. Karl Marx qui toute sa vie eut besoin de Engels pour subsister n'est qu'un second couteau. Aucun religieux ayant fait vœu de pauvreté ne peut trouver grâce à ses yeux. Socrate, mort d’avoir montré à ses pairs qu’ils accordaient le plus de valeur à ce qui en avait le moins, la richesse, et le moins à ce qui en avait le plus, la connaissance est bon à jeter aux chiens. En fait l'histoire du monde est faite de ces gens pour qui l'argent représentait peu. Cela n'a pas empêché le président des riches de justifier pendant plus d'une heure pourquoi il l'était. Ce n'est qu'en seconde partie d'émission qu'il a évoqué des indemnités de chômage pour les travailleur indépendants, mesure honnête, il faut le reconnaître compte tenu du tour que prend la société. Et encore, rien ne semble ...

La bourgeoisie dominante

Par Vendredi 13 octobre 2017 Permalink 5

Alain Finkielkraut invitait lors de sa dernière émission sur France Culture, deux écrivaines qui avaient commis un livre sur leur propre famille. Leur point commun était leur classe sociale: la bourgeoisie. Et elles se répandaient sur l'historique de leur arbre généalogique prétexte aux pavés que les maisons d'édition publient et mettent 3 mois après au pilon. Et elles se racontaient au philosophe avec une précision qui n'intéressait qu'elles et une audace qui prêtait à sourire: l'une des invités spécifiait avec aplomb qu'elle n'avait pas voulu faire quelque chose comme les Rougon Macquart ou la comédie humaine, je ne sais plus, et je me disais simultanément que ce devait plutôt être du sous, sous, sous Martin du Gard... Mais elle ne devait pas connaître! Bref, cette trop longue introduction pour en venir à ce constat: ce début de XXIe siècle est celui de la bourgeoisie triomphante. La crise des subprime en a été le commencement. Alors que tout devait s'effondrer, des fortunes disparaître, elle a été l'occasion de les renforcer, les sanctuariser pour accroître les inégalités en faisant porter sur le peuple le coût de la résolution du choc économico-financier. Il n'a rien dit parce qu'on s'est bien gardé de lui expliquer ...

La République Catalane

Par Mercredi 11 octobre 2017 Permalink 1

La déclaration de Carles Puigdemont, le président catalan, est énigmatique. En annonçant la république catalane et en suspendant immédiatement le processus, personne ne comprend où en est la région, le pays, la république... Le pouvoir central madrilène a choisi de dramatiser la situation. Jamais l'Espagne n'a accepté une découpe de son territoire. Le Pays Basque n'a jamais obtenu son indépendance. Mariano Rajoy ne cédera rien. Il est d'ailleurs en cela soutenu par tous les dirigeants européens, unis pour une fois. Aucun parti politique en France, pas plus Les Insoumis que le Front National, n'a accordé son soutien à la Catalogne. Cela dénote le conservatisme inhérent à l'opposition. Une vraie opposition à Emmanuel Macron devrait systématiquement prendre le contre-pied de ses opinions comme Mitterrand l'a fait sous Giscard, et se démarquer sur tous les sujets. Pour ces partis anti-UE, sa décomposition est l'occasion d'arriver à ses objectifs, i. e. la destruction de l'institution. Peu importe les moyens, le but de voir la fin de cette organisation supranationale devrait seul compter. Malgré cela, ces partis, idiots utiles à l'ultralibéralisme et à la globalisation ont des pudeurs de vierge en craignant de voir une contamination à la France, en craignant de voir remis en ...

Suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune

Par Mardi 10 octobre 2017 Permalink 2

Aujourd'hui débute la phase d'examen par la commission des finances de l'assemblée nationale du projet de loi de finances 2018. La réforme de l'impôt de solidarité sur la fortune qui deviendra un impôt sur la fortune immobilière est emblématique. Au dogme gouvernemental de la réduction des dépenses publiques se conjugue "des cadeaux fiscaux aux groupes âgés et fortunés qui ont déjà beaucoup prospéré ces dernières décennies", dixit Thomas Piketty. Le cadeau fiscal de cet année consiste donc à ne pas comptabiliser les biens mobiliers (peut-être à l'exception des signes ostentatoires de richesse qui ne sont en fait que le haut de l'iceberg) dans la fortune des millionnaires-milliardaires. Leur richesse étant principalement constituée de cette sorte de patrimoine, c'est tout bénef! Non seulement les dividendes perçus sur les actions ne cessent de croître au point dans certains cas de piller ni plus ni moins l'entreprise support, mais dorénavant ce qui donne droit à ceux-ci, le capital, est sanctuarisé. Les dividendes devenant du capital, celui-ci n'en finit pas de grossir. L'exigence de sa rémunération pousse les entreprises à moins investir qu'elles le devraient, à emprunter compte tenu des taux très bas dont elles bénéficient, à diminuer constamment la masse salariale pour améliorer les ...

Demain, la grève

Par Lundi 9 octobre 2017 Permalink 1

Les fonctionnaires à l'appel de leur organisation syndicale feront grève demain. CGT, CFDT, FO, UNSA, FSU, Solidaires, CFE-CGC, CFTC et Autonomes appellent ensemble, pour la première fois depuis dix ans à cette contestation. Au préalable, ce soir à 18 h, la CGT a invité «toutes les organisations syndicales et de jeunesse» à son siège à Montreuil, en région parisienne. Il s'agit de «réfléchir» à une nouvelle journée de mobilisation syndicale contre les ordonnances. FO, la CFE-CGC, la CFTC et Solidaires y seront. Le conflit entre le gouvernement et les gens qui ne sont rien s'organise donc. Quelques soient les raisons corporatistes qui feront lever les salariés, c'est toute une appréhension de la société actuelle qui est en cause. La seule question est de savoir si les dirigeants économiques peuvent continuer à inflater le capital, i. e. continuer à rendre de plus en plus chers les actifs mobiliers qui enrichissent exponentiellement les plus riches et en parallèle demander des efforts financiers à tous les autres, les pressurer, accroître leurs impôts, diminuer leurs revenus, les jeter dans une insécurité qui de fait les rend de plus en plus serviles de peur d'être dans une situation encore pire, d'accepter des jobs d'indépendants sans protection ...

Le régionalisme comme bouée de sauvetage

Par Vendredi 6 octobre 2017 Permalink 3

Alors que l'identité nationale tombe en capilotade, le régionalisme tente de redresser la barre. L'état central a abandonné, rejeté même ces particularismes qui autorisaient cet orgueil rendant un peuple fier. L'orgueil n'est pas un gros mot. Il est la condition d'une confiance en soi, d'une existence paisible, de la capacité de parler d'égal à égal avec les autres. L'état a donc fustigé ce sentiment collectif de former un peuple uni sous prétexte qu'il s'agissait d'exclure ceux qui n'en était pas. On se souvient du fameux "le nationalisme, c'est la guerre" de Mitterrand qui en effet dans sa jeunesse avait eu tôt fait de se vendre aux allemands! Non, le nationalisme n'est pas la guerre. Les britanniques l'ont bien compris. Le nationalisme est la condition pour se sentir uni dans un pays où les gens sont d'origine diverse. Les gallois ne sont pas des anglais. Un chtimi n'est pas un basque. Mais la nation française les rend solidaires, semblables, frères. Alors quand la nation a oublié son devoir, des structures plus petites doivent prendre la relève. La région devient le vecteur nécessaire pour se sentir de quelque part. La région peut devenir l'endroit où on peut vivre entre soi, avec des traditions ...

Mépris de classe

Par Jeudi 5 octobre 2017 Permalink 3

Emmanuel Macron, président des riches, s'est encore lâché hier lors d'un déplacement en province en démontrant une fois de plus ce mépris de classe qui le caractérise: "Yen a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux de chercher un travail". Les "certains" sont les "illettrés", "les pauvres" à qui l'auguste président a offert l'autocar pour voyager, les "fainéants" évidemment, "ceux qui ne sont rien". Tout cela corrobore son idée que "la vie d'un entrepreneur est bien plus dure que celle d'un salarié" ou qu'"interdire les VTC seraient les renvoyer vers le trafic de drogue à Stains" (là, il a peut-être raison!!!). D'ailleurs "35 heures par semaine pour un jeune, ce n'est pas assez" et il convient d'expliquer que "ne plus payer les heures supplémentaires est une nécessité vue la situation économique". Ce florilège absolument pas exhaustif des charmantes remarques du chef d'état vis à vis de ses compatriotes pourrait être plus long avec par exemple cette phrase mémorable déclarée devant un parterre de patrons béats d'admiration: « Je compte sur vous pour engager plus d’apprentis. C’est désormais gratuit quand ils sont mineurs ». Ah! Le temps béni du début de l'ère industriel! On comprend que les riches aient ...