Rupture conventionnelle collective

Par Mardi 9 janvier 2018 Permalink 4

Vous avez aimé le licenciement économique. Vous adorerez la rupture conventionnelle collective. Hier Pimkie, groupe de prêt à porter, espérait 208 départs de salariés, aujourd'hui, Peugeot envisage 1300 départs via la rupture conventionnelle collective dont les décrets d'application viennent d'être pris. Cette trouvaille des ordonnances Macron permet d'éviter les plans de sauvegarde pour l'emploi qui comme le nom ne l'indique pas ne sauvegardent aucun emploi évidemment mais permettent au salarié qui en subit les conséquences d'aller se battre aux prud'hommes pour récupérer un peu plus de tunes après avoir été viré. Dorénavant il s'agira de départs volontaires dont l'horizon reste néanmoins pôle emploi mais une fois le salarié parti c'est fini, plus de recours possible devant la justice. Et quand on lui dira de partir, compte tenu de ce qu'est le monde de l'entreprise, il aura bien du mal à rester! Ce n'est pas un machin fait pour les petites entreprises avec des patrons dont les difficultés sont parfois même plus grandes que pour leurs salariés et qui se battent pour joindre les deux bouts. Non, la rupture conventionnelle collective est faite pour les grosses boites, celles qui versent aux dirigeants des salaires et des dividendes d'année en année toujours plus ...

Emplois précaires et mal payés

Par Jeudi 4 janvier 2018 Permalink 3

Le phénomène des emplois précaires et mal payés ne cesse d'augmenter. Depuis 2012, dans la zone €, d'après Eurostat, 80% des emplois créés sont temporaires ou à temps partiel. Le démantèlement des accords de branche répond à la demande patronale de flexibilité à tout prix. Toute l'Europe est concernée puisque l'UE est une organisation promouvant l'ultralibéralisme. Un reportage hier soir sur France 2 chantait les louanges du modèle allemand sans la moindre restriction. Il fallait, bien sur, voir derrière cette publi-information, la volonté de promouvoir la politique socio-économique d'Emmanuel Macron, politique qu'il a l'intention d'amplifier dans les mois à venir. Pourtant en Allemagne, le nombre d'heures travaillées n'a guère augmenté, reste inférieur à celui des années 90, simplement le travail disponible a été réparti entre davantage de gens ce qui signifie des temps partiels voir des mini jobs pour des travailleurs s'appauvrissant de facto. Comment font pour vivre neuf millions et demi de citoyens allemands avec des mini jobs, des temps partiels, des emplois temporaires et de l'auto entrepreneuriat? Aucun miracle derrière ceci: Ils rament et les chiffres de plein emploi de leur ministre ont cessé de convaincre qui que ce soit outre-Rhin d'où l'une des raisons pour Merkel de ...

Flexibilité précarité pauvreté

Par Samedi 30 décembre 2017 Permalink 1

Flexibilité précarité pauvreté. 2017 a curieusement montré que les français dans leur ensemble avaient entériné les rapports de cause à effet de la politique que l'Union Européenne souhaite mener à travers le continent. Un certain fatalisme mêlé à du découragement et de l'autodestruction les a poussé à élire celui qui mettrait le plus fidèlement en place cette politique économique comme si ils voulaient en finir le plus vite possible. Les populations n'ont sans doute pas encore vu qu'il s'agissait principalement de baisser la masse salariale des entreprises pour accroître les bénéfices sur leur dos puisque tout est fait pour leur cacher en leur faisant croire des inepties comme par exemple qu'ils auraient plus de travail en se laissant plus facilement virer! Ce nouveau management va de paire avec une immigration outrancière nécessaire pour rendre le travailleur interchangeable sans plus aucun pouvoir de négociation car archi concurrencé. 2018 va confirmer inéluctablement que la société précédemment composée en majorité d'insiders, i. e. de gens insérés aux revenus stables, va basculer, et les choses vont aller vite, vers une majorité composée de gens perdus, largués, multipliant les contrats courts en perte totale de stabilité. ça n'empêchera pas les chiffres du chômage de s'arranger grâce ...

Pôle Emploi, ya d’la joie!

Par Jeudi 28 décembre 2017 Permalink 1

5 610 000 personnes sont inscrites à Pôle Emploi soit + 2,6% par rapport à il y a un an, quand le chiffre de l'époque avait poussé François Hollande à ne pas se représenter. Entre temps la création de quelques mini jobs a permis de faire baisser les statistiques concernant la catégorie A (demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, sans emploi). Tout cela est du vent. 2018 s'annonce encore comme une année de croissance de la pauvreté même si le PIB grimpera grâce à l'accroissement des richesses des plus riches. Sans doute radiera-t-on des gens du chômage pour faire baisser l'ensemble des statistiques cette fois. L'INSEE nous démontrera même un jour ou l'autre que nous sommes au plein emploi comme les américains sont au plein emploi ou comme les allemands sont au plein emploi. Plein emploi bidon! La réalité restera l'accroissement inexorable de la misère et la dégradation des conditions de travail. Concernant la misère, Emmanuel Macron nous dirige tranquillement mais surement vers un système ressemblant à la quatrième loi de modernisation des services sur le marché de l'emploi en Allemagne soit la pauvreté instituée par la loi Hartz IV avec des boulots qui ne nourrissent ...

Les institutions françaises malades

Par Jeudi 14 décembre 2017 Permalink 3

La politique d'Emmanuel Macron tend à sabrer les institutions françaises sous prétexte de la règle européenne sur les 3% de déficit public. Rien qu'aujourd'hui, au devant de l'actualité, trois grands secteurs de la république se trouvent en danger, danger qui rejaillit inéluctablement sur la vie quotidienne des citoyens. La Cour des Comptes semble abasourdi après son audit sur les prisons et l'immobilier en lien avec la justice. L'Association des Maires de France (AMF) continue d'être vent debout contre Emmanuel Macron et sa politique concernant les communes. La situation des forces de l'ordre est si lamentable qu'à la mi décembre, la police et la gendarmerie dénombrent, dans leurs rangs, 65 victimes de suicide depuis le début de l'année. Les prisons et les corps de justice sont dans une impasse budgétaire. L'immobilier coûte trop cher et on ne peut augmenter le nombre de places dans les établissements pénitentiaires. Quatre milliards d'euros pour trente nouvelles prisons et treize mille embauches de gardiens de prison sont nécessaires mais ne se feront pas! Le partenariat public privé, mis en place par Raffarin (celui qui passe actuellement pour un sage!!!), qui fait construire des bâtiments par le privé pour être loués à l'état pendant trente ans, est ...

ONET ou d’autres… Un système en péril

Par Mardi 12 décembre 2017 Permalink 13

Dans le groupe Onet spécialisé dans le nettoyage, les mouvements de grèves sont récurrents. Ces derniers mois, par exemple, sur les chaines de montage de l'A 330, dans la manutention des pneus Michelin, dans celle des chariots de l'aéroport de Nice et maintenant dans les gares SNCF de la banlieue nord, des conflits avec la direction se sont difficilement réglés. L'entreprise tente à chaque fois d'imposer de très médiocres conditions de travail et de salaire à des employés sans qualification. Quand ces derniers se rebellent, incapables de vivre de leur revenu, la firme est toujours condamnée par la justice, sinon elle passe entre les mailles du filet et baisse les primes, les salaires, les conditions de travail. Le comportement de cette entreprise est emblématique de la situation actuelle. Des travailleurs immigrés qu'on fait venir d'Afrique, sont mis en esclavage, le mot n'est pas trop fort quand on regarde leurs revendications. Par exemple ils avaient dans les gares parisiennes 1,80 € pour leur gamelle du midi (oui je sais, on dit plateau repas!) et réclament maintenant un peu plus! Le reste est à l'avenant. Donc ce sont des gens qui n'avaient rien dans leur pays d'origine et qui n'ont guère de chance ...

Inattendu mouvement des bourses

Par Mercredi 15 novembre 2017 Permalink 3

D'après l'institut allemand de recherche économique appelé IFO, le climat des affaires est au plus haut dans le monde. Les chefs d'entreprise en ont fini avec un pessimisme récurrent qui durait depuis la crise de 2008. Parallèlement à cette information largement diffusée puisque insuffler de l'optimisme est devenu un devoir d'état, les bourses européennes baissent depuis une semaine et même l'IFO qui s'émerveille encore de voir en 2017 la croissance européenne, tirée par les pays du nord de l'union, peut-être dépasser celle des Etats Unis, n'y peut rien. Mais les informations de l'institut divulguées généreusement au bon peuple n'ont d'intérêt que pour lui et certainement pas pour les financiers. Depuis un flash krach au Japon (une baisse de quelques minutes de 1,7 %, rien de bien méchant mais dans un monde guidé par les banquiers centraux où tout doit être plat, c'est devenu beaucoup) le 9 novembre récupéré à temps avant la fermeture de la séance, les actions baissent, particulièrement en Europe. A chaque fois la bourse clôture plus bas qu'elle n'a ouvert et le CAC de passer en quelques jours de 5 530 points à 5 315 pts. Ce qui est aussi intéressant, c'est le constat frappant que l'obligataire n'est ...

Paradise Papers

Par Lundi 6 novembre 2017 Permalink 3

Il y eut OffshoreLeaks en 2013 (Portcullis, une fiduciaire singapourienne), Luxleaks (Price Waterhouse) en 2014, SwissLeaks (HSBC) en 2015, Panama Papers (données venant de Mossack Fonseca, cabinet d'avocats) en 2016 et maintenant Paradise Papers, 13,4 millions de documents confidentiels venant du cabinet d’avocats des Bermudes Appleby et, dans une moindre mesure, de la fiduciaire Asiaciti Trust. A chaque fois, le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung reçoit de la part d'un lanceur d'alerte une montagne d'informations et la redistribue à ses confrères qui participent au tri. Il en ressort un système de corruption massive généralisée. Néanmoins, il apparaît avec l'expérience que les fraudeurs ne risquent pas grand chose alors que le lanceur d'alerte ne bénéficie d'aucune protection juridique qui aurait pu, dû, être mise en place par les gouvernements. Sa vie devient un enfer. Beaucoup d'organes d'"information", le plus souvent propriété de milliardaires, se désintéressent de la question, la finance, la politique, les médias ne faisant plus qu'un. L'anecdote croustillante se substitue alors à une analyse en profondeur de notre société, de la démocratie. La reine d'Angleterre, le monde du foot, de la F 1, des tops model, des dirigeants politiques, allant d'un ministre de l'un des pays les plus pauvres du monde, ...

Un front syndical dépassé par la base

Par Mercredi 25 octobre 2017 Permalink 1

Toujours pas de front syndical commun, lors de la quatrième journée de mobilisation, le 16 novembre cette fois, avec Force Ouvrière, Jean Claude Mailly y étant obligé par sa base (il va raté son poste au conseil économique et social et sa retraite chapeau si ça continue!!!). 4 journées de manif en 2 mois! A quoi ça ressemble? La première, le 12 septembre, ( http://politiqart.com/les-faineants-place-ditalie/ ) avait été réussie mais cela n'incita nullement les syndicats à poursuivre alors qu'on sentait bien les gens partis pour accélérer le mouvement. Au lieu de créer un vrai mouvement populaire, ils se contentent d'une journée de défilé dans la rue par ci, par là, de manière totalement décousue, faisant perdre tout fil conducteur aux citoyens prêts à s'engager. C'est tout juste si les leaders syndicaux osent critiquer les ordonnances de la loi travail; ils préfèrent s'en tenir à fustiger vaguement la politique libérale du gouvernement et parfois aussi se fendent d'un texte de mise en garde, du genre "retenez-moi ou je fais un malheur!" que personne ne lit et qui part directement aux chiottes! Et pourtant! Pourtant! La politique patronale du gouvernement risque de ne servir strictement à rien, en admettant qu'elle soit sincère, pour ...

Suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune

Par Mardi 10 octobre 2017 Permalink 2

Aujourd'hui débute la phase d'examen par la commission des finances de l'assemblée nationale du projet de loi de finances 2018. La réforme de l'impôt de solidarité sur la fortune qui deviendra un impôt sur la fortune immobilière est emblématique. Au dogme gouvernemental de la réduction des dépenses publiques se conjugue "des cadeaux fiscaux aux groupes âgés et fortunés qui ont déjà beaucoup prospéré ces dernières décennies", dixit Thomas Piketty. Le cadeau fiscal de cet année consiste donc à ne pas comptabiliser les biens mobiliers (peut-être à l'exception des signes ostentatoires de richesse qui ne sont en fait que le haut de l'iceberg) dans la fortune des millionnaires-milliardaires. Leur richesse étant principalement constituée de cette sorte de patrimoine, c'est tout bénef! Non seulement les dividendes perçus sur les actions ne cessent de croître au point dans certains cas de piller ni plus ni moins l'entreprise support, mais dorénavant ce qui donne droit à ceux-ci, le capital, est sanctuarisé. Les dividendes devenant du capital, celui-ci n'en finit pas de grossir. L'exigence de sa rémunération pousse les entreprises à moins investir qu'elles le devraient, à emprunter compte tenu des taux très bas dont elles bénéficient, à diminuer constamment la masse salariale pour améliorer les ...