Suzanne Delperron (1900-1983)

Par Samedi 18 mars 2017 Permalink 1

Nous avions évoqué Suzanne Delperron dans l'article du 16 décembre dernier ( lien http://politiqart.com/rene-boivin-la-joaillerie-a-lhonneur/). La créatrice dessinatrice de bijoux née à St Claude dans le Jura n'aurait probablement jamais été connue du public si elle n'avait pas décidé de voguer de ses propres ailes au début des années trente en quittant la maison Boivin. Comme chez Cartier ou Van Cleef & Arpels, les clientes ne doivent retenir que la marque, éternelle comme les diamants, alors que les collaborateurs, aussi doués soient-ils, disparaissent un jour... La créatrice travaille alors avec la société Hertz, avant la guerre avec le père qui meurt à Auschwitz et après la guerre avec le fils qui en revient. Il semble qu'elle ne soit pas tombée dans les travers d'une Coco Chanel en se liant de trop près avec l'occupant. Sa carrière dure sans anicroche jusqu'à la fin de sa vie où elle meurt accidentellement dans son bain. Suzanne Delperron est aimée des stars. Sa cote dans les ventes aux enchères ne cessent de grimper depuis celle des bijoux de la duchesse de Windsor chez Sotheby's en 1987. Catherine Deneuve pour Vanity Fair déclare: "Ce sont des bijoux d’artiste, audacieux, où l’originalité tient une grande place. Les pierres ne ...

La décadence au musée du Louvre

Par Mardi 14 mars 2017 Permalink 3

La gouvernance du musée du Louvre est emblématique de l'attitude des élites françaises. Tout y est. Un condensé du drame national s'y retrouve dans quelques milliers de mètres carrés . D'abord il y a cette dévotion obligatoire aux arts de l'islam. Il n'est bien sur pas question de nier ici l'influence que la céramique perse ou turque a eu sur le monde, de l'extrême orient à l'Europe occidentale, au moyen âge. Mais tant de salles sont consacrées à des poteries sans intérêt placées dans des vitrines sur lesquelles on demande au visiteur de s'extasier qu'on est bien obligé de rester étonné par cet engouement plus politique que réellement artistique! Et puis il y a cette extraordinaire attention portée partout dans l'établissement à la couleur des cimaises! Une clique de pseudo décorateurs se masturbe le cerveau des jours entiers pour le choix d'un ton plus ou moins clair et on interdit au visiteur de voir pendant des mois les écoles du nord ou alors on l'empêche d'avoir un parcours chronologique de la peinture française, possible théoriquement sur un demi millénaire! Ces travaux excessivement chers n'en finissent pas sans qu'à la fin on est pu bien comprendre ce qui avait motivé ce gaspillage des ...

Kees van Dongen (1877-1968)

Par Dimanche 12 mars 2017 Permalink 1

Dans les années 1890, Kees van Dongen quitte la maison familiale de Rotterdam, pour s'installer dans les quartiers malfamés de la ville, auxquels il consacre des dessins et des aquarelles. L'homme a l'âme anarchiste. Durant cette période, van Dongen peint des scènes de matelots et de prostituées. C’est « dans l’obscurité des quartiers mal famés de Rotterdam que van Dongen va d’abord puiser son inspiration". L'autoportrait en une, datant de 1895, appartient au musée d'art moderne de la ville de Paris. L'artiste part ensuite en France où tout se joue à cette époque et se lie aux peintres fauves du début du XXe siècle. Mais sa période la plus prisée est celle correspondant au tournant mondain pris par le peintre dans les années 20. La toile ci-dessous (65 x 47 cm), huile et gouache, qui reflète ce changement de manière fut décrochée chez Millon & associés le 24 juin 2015 pour 125 082 € frais compris. Donc, si Van Dongen commence la peinture dans l'esprit d'un Vlaminck, il la poursuit comme Domergue! La deuxième guerre mondiale ne stoppera pas sa carrière et ses expositions à la galerie Charpentier sont très courues comme le révèle le livre d'un officier allemand de la ...

Livre d’heures

Par Samedi 11 mars 2017 Permalink 1

Le livre d'heures est au moyen-âge l'outil qui permet aux laïcs de suivre au quotidien une vie religieuse rythmée par la prière selon la règle bénédictine. Appelé aussi simplement heures, il comprend un calendrier, le récit d'événements clés issus du nouveau testament, les prières à réciter au cours de la journée et de la nuit. Chaque livre d'heure est à usage de villes différentes (Bourges, Rouen, Rome...) pour mettre en exergue leurs saints propres. Appelé souvent simplement "heures", il correspond au bréviaire utilisé par les clercs et est destiné à la dévotion privée. Incunables ou post incunables, i. e. premier quart du XVIe siècle, le livre d'heures est particulièrement prisé pour ses illustrations plus ou moins riches en fonction de la personne qui le possédait. L'iconographie s'y développe au fil du temps avec des enluminures faites à la main ou gravées sur bois et des images édifiantes aidant à la compréhension de textes évangéliques. Cet aspect du livre d'heure est celui qui plait aux amateurs actuels qui n'hésitent pas à débourser des dizaines de milliers d'euros pour acquérir cet ouvrage souvent d'assez petit format (15 à 30 cm de hauteur maximum). Il s'est vendu hier 10 mars 2017 à Drouot chez Binoche ...

Lalanne François-Xavier et Claude

Par Dimanche 5 mars 2017 Permalink 1

Qui n'a jamais rêvé de voir s'ébattre un troupeau de Lalanne (image en une) dans le parc de son château sartois (j'écris sartois parce que la région est à la mode!)? Eh bien, dépêchez-vous! La hausse des prix des œuvres de François-Xavier Lalanne (1927-2008) et de sa femme Claude (née en 1924) est exponentielle depuis la dispersion à l'encan de la collection Bergé, Yves St Laurent en 2009 et de la rétrospective au musée des Arts décoratifs de 2010. La complicité créatrice du couple voit madame s'accomplir au travers d'un monde végétal comme avec le miroir ci-dessous, très art nouveau nouveau, pièce unique en bronze doré et cuivre galvanisé (140 x 125 cm) qui fut adjugé Chez Pierre Bergé & associés 162 500 € en juin 2013. L'univers de monsieur est au sein du monde animal. Dès la fin des années 50 le couple fait parler de lui et le bestiaire se compose d'un rhinocéros en forme de bureau ou l'inverse, puis de crapauds, de singes ou d'oiseaux. Celui ci-dessous, ed Artcurial en bronze à patine bleue (216/250) fut vendue 10 890 € à Manosque, Hôtel des ventes du Lubéron, le 13 juin 2015. Mais l'animal totem de Lalanne est le mouton qui ...

Sarah Bernhardt (1844-1923)

Par Dimanche 26 février 2017 Permalink 1

Si chacun a entendu parler de l'immense tragédienne que fut Sarah Bernhardt, tantôt surnommée par certains "La divine", par d'autres en se ralliant au surnom choisi par Victor Hugo, "La voix d'or", son oeuvre sculpturale tomba un temps dans l'oubli. Mais le montre sacré, dixit Cocteau, sort, dans ce domaine aussi, de son endormissement depuis quelques années. La vente du 16 février 2017 à Londres chez Sotheby's le démontre puisqu'elle vient de battre encore un record mondial avec le relief en marbre d'Ophélie ci-dessous, signé, autour de 1880, à 308 750 £ soit 354 250 €. L'inspiration symboliste de la période art nouveau répond bien à la fascination pour la nature et pour la mort de l'époque fin de siècle correspondant aux grandes années de Sarah Bernhardt. Si Emile Gallé trouve son inspiration dans la flore lorraine autour de chez lui, la comédienne, largement autodidacte dans les arts plastiques même si elle eut quelques maîtres, nourrit ses œuvres de la forme moulée en plâtre des algues et des coquillages bretons qu'elle découvre dans les fjords magiques de Belle Île en mer où elle possède une maison isolée. La dague, 50 cm, en une photo de la poignée, offerte à René Lalique ...

Guangxu (1871-1908)

Par Samedi 25 février 2017 Permalink 1

Guangxu est l'avant dernier empereur de Chine. Autant dire que l'époque est tardive pour reprendre l'adjectif consacré dans les milieux artistiques. Placé sur le trône par sa tante à 3 ans pour ne surtout pas régner, dès qu'il montre à l'age adulte des velléités de réformes sur le modèle occidentale, il est exilé par celle-ci et vit les dix dernières années de sa vie au secret dans une île. "En novembre 2008, l'agence de presse chine nouvelle diffusait une information selon laquelle il était mort empoisonné à l'arsenic par sa redoutable tante, l'impératrice douairière Cixi. Un châtiment pour ses idées réformatrices, mouvement dit de "la réforme des Cent Jours"... Il avait 36 ans!"Dixit la Gazette Drouot, Anne Foster. Cette trouble période n'en propose pas moins des créations artistiques raffinées, aux décors virtuoses et abondants. Ces objets riches, un peu précieux, sont bien prisés en salle des ventes. Il y a bien sûr comme toujours en Chine, les porcelaines et les copies de formes anciennes. Bleu-blanc, elles étaient offertes aux officiers comme récompense. La forme shangping du vase ci-dessous, balustre à col évasé, s'inspire de la typologie des bronzes archaïques. 40 cm de hauteur avec marque Gangxu à 6 caractères, il fit le ...

Porcelaine Yuan

Par Dimanche 19 février 2017 Permalink 1

La porcelaine bleu-blanc d'époque Yuan, dynastie mongole qui dirigea l'empire entre 1260 et 1368, figure parmi les objets d'art chinois les plus convoités par les collectionneurs qui dépensent pour elle parfois des millions d'euros. En effet le développement de ces pièces est à son paroxysme à cette époque suite à l'influence des potiers persans. Ensuite les potiers chinois atteignent de leur côté, une maîtrise totale dans l'utilisation du bleu de cobalt. En retour les marchands arabes diffuse leur production au moyen-orient pour les sultans ottomans et les princes persans. La mondialisation bat son plein! La Gazette Drouot nous décrit la technique utilisée en ces termes: "Sur un corps blanc à base d'engobe kaolinique" (le kaolin est essentiel pour la porcelaine dure) "est déposé au pinceau, sans aucun repentir possible, un décor à base de cobalt, potasse, borax, mélasse de raisin et quartz en poudre. Il est ensuite recouvert et cuit à grand feu, à près de 1300 degrés, révélant des couleurs d'une brillance exceptionnelle". La mode pour ces pièces aux couleurs nettes et contrastées grâce au savoir-faire des céramistes est telle qu'elle en fait oublier les traditionnels céladons (porcelaines vertes). Sous les Ming, les mines de cobalt découvertes accentueront la diffusion ...

Lutrin

Par Samedi 18 février 2017 Permalink 1

S'il semble que les premiers lutrins remontent en France au VIIe siècle, les exemplaires du moyen âge, situés dans les églises, ont disparu suite aux exactions commises à la révolution où ceux en bois ont été brûlés et ceux en bronze ou en cuivre fondus. Les miniatures et les gravures anciennes donnent néanmoins quelques exemples démontrant leur riche ornementation. L'Angleterre a conservé en revanche de nombreux exemplaires anciens. Destinés à recevoir un livre comme le pupitre, le lutrin est avant tout fixe même si des portatifs ont été conçus par la suite. Le meuble que l'on retrouve dans les lieux de culte, fabriqué à l'origine pour eux, est adopté par toutes les religions. Le lutrin est souvent surmonté de l'aigle de St Jean sur lequel un livre ouvert est posé grâce aux ailes servant de support. "Dans l'iconographie religieuse, l'animal, symbole de la lutte du bien contre le mal, lit dans le cœur des hommes aussi clairement qu'il regarde le soleil en face", dixit Dimitri Joannidès, Gazette Drouot. Le lutrin aigle en une, en bois orné de niches, têtes d'angelot, enroulements, têtes de séraphin et spjinges, h. 192 cm, fin du XVIe siècle, fut prisé à Drouot le 5 décembre 2008 ...

Eugène Galien-Laloue (1854-1941)

Par Dimanche 12 février 2017 Permalink 1

Prévoyez de 10 000 à 20 000 € pour vous offrir une gouache d'Eugène Galien-Laloue! Du moins de celles qui plaisent, non pas d'une vue de village ou de campagne qu'il est possible de s'offrir pour 1 000 €, mais une représentation des années de la Belle Epoque à Paris, rive droite en général, des Grands Boulevards au Châtelet. La lumière de ses paysages citadins à la facture impressionniste varie subtilement en fonction des saisons. Il y a aussi les personnages pris sur le vif, dans l'instantanéité, traversant une rue devant un tramway, abrités sous un parapluie, en haut de forme pour les messieurs, en manteau long et chapeau pour les dames. Tout un monde revit à la vue des tableaux de Gallien-Laloue, jamais tristes mais exaltant la vie moderne due à l'industrialisation qui commence. Cet employé des Chemins de Fer qui trace dès 1874 le parcours des voies allant de la capitale vers la province se lie à un marchand de tableau qui l'oblige à passer par lui pour vendre ses œuvres. Si inconnu ce contrat lui est nécessaire, la notoriété grandissant le transforme en boulet. Alors le peintre signe pour éviter de donner une commission à l'intermédiaire avec de ...