Jouets Märklin

Par Dimanche 21 mai 2017 Permalink 1

La maison allemande Märklin est renommée dans le monde du modèle réduit. Lorsque, 20 ans avant la première guerre mondiale, l'essor de la bourgeoisie provoque une demande croissante dans le domaine des jouets pour enfants, la firme se met au diapason. Créée au milieu du XIXe siècle, elle prend véritablement son envol au début du siècle suivant et en 1910 obtient le grand prix à l'exposition universelle de Bruxelles. L'exigeante clientèle recherche un produit perfectionné, ressemblant à la réalité et de grande qualité. Pas question à cette époque d'obsolescence programmée. C'est du solide, du résistant. Les allemands savent faire! Le jouet ancien est dans la vente aux enchères un marché de niche dont le chiffre d'affaire est d'environ 7 millions d'euros par an (info Gazette Drouot du 12 mai 2017). Ce qui fait rêver les parents ne fait pas rêver les enfants. Une locomotive ou une petite voiture qui émerveille un grand laisse son cadet de marbre! Il s'agit souvent d'un achat plaisir, à la recherche du temps perdu, plutôt qu'un investissement calculé. On peut d'ailleurs dire la même chose des bandes dessinées: hormis quelques planches originales de dessinateurs glorieux que restera-t-il de ce marché dans quelques années? Néanmoins, la marque Märklin ...

Henry Moret (1856-1913)

Par Samedi 20 mai 2017 Permalink 1

Il n'a pas 20 ans quand le normand Henry Moret trouve sa terre de prédilection en Bretagne. Certes aux Beaux-Arts, à Paris, ses professeurs sont Jean-Léon Gérôme, Ernest Coroller, Henri Lehmann ou Jean-Paul Laurens, mais il s'épanouit à Pont Aven, petit chef-lieu de canton situé sur la rivière Aven et vivier d'idées neuves comme l'ont été Barbizon ou Fontainebleau en leur temps. De nombreux peintres s'y retrouvent attirés par le calme et les modiques conditions d'existence mais surtout avec un point commun artistique: ils cherchent la forme la plus simple et la couleur la plus forte pour représenter les paysages qui les entourent construits d'aplats de couleurs pures et usant de la ligne cloisonnant le motif. En une, "Les chaumes en Guidel", huile sur panneau, signée et datée 1891, 55 x 100 cm fut adjugé 306 000 € à La Baule, Salorges enchères svv, le 20 aout 2015. Record mondial pour l'artiste. Si la vie d'Henry Moret est marqué par ses déambulations allant de Lorient où il se marie, à l'auberge Gloanec, du Pouldu au port de Doëlan, le peintre sait aussi de dégager du carcan synthétiste et de son refus obstiné de l'impressionnisme. Alors des touches multicolores en virgules, des ...

Les meubles indo-portugais

Par Dimanche 14 mai 2017 Permalink 1

Les grands navigateurs portugais découvrent grâce à Vasco de Gama, les Indes en 1497. Quelques années plus tard la Compagnie des Indes rapporte dans les cales de ses bateaux en plus des épices ou des tissus, d'autres créations locales désignées par le terme de meubles indo-portugais. Le coffret en une du XVIIIe siècle témoigne du raffinement de l'artisanat indien. Du Gujurat ou Sind, il forme écritoire en marqueterie d'écaille et ivoire, à décor de branchages de fleurs dans les arcatures, 2 compartiments en laitons, L 35 cm. Estimé autour de 4000 €, il fut adjugé 62 500 € le 29 juin 2015 chez Ader svv à Drouot. Cependant les meubles dits indo-portugais sont principalement des cabinets de formes européennes "exécutés en chêne, en teck, en palissandre, et décorés de motifs exotiques très denses fait d'incrustations d'ivoire, d'os, de bois précieux auxquels s'ajoutent des plaques de cuivres ajourées et des éléments sculptés" explique Pierre Kjellberg dans "Le meuble français et européens du moyen âge à nos jours". Ils sont la fusion de deux cultures en mêlant l'influence occidentale au savoir-faire indigène. Leur valeur aux enchères est assez bien fixée. Si par exemple le meuble ci-dessus (115 x 72,5 x 41 cm) avec une ...

Ferdinand du PUIGAUDEAU (1864 – 1930)

Par Samedi 13 mai 2017 Permalink 1

Ferdinand du Puigaudeau est à classer dans la catégorie sinon des artistes maudits, du moins de ceux dont le talent n'a pas été reconnu à sa juste mesure, peut-être à cause de ses influences multiples faisant hésiter son oeuvre entre le symbolisme, l'impressionnisme ou le divisionnisme, voire aussi le ténébrisme! En une "la lecture à la chandelle", toile, 85,5 x 120 cm fut prisée à Nantes le 3 décembre 2013 chez Couton-Veyrac-Jamault plus de 31 000 €. Certes il rencontre un temps le succès, en début de carrière, bien qu'il ait rejeté les trajectoires habituelles de formation. Ferdinand du Puigaudeau sera alors vendu par le marchand Durand Ruel ce qui n'est pas rien; mais sa vie est faite de plaies et de bosses. Ce nantais de naissance la partage entre Paris, le midi un peu et surtout la Bretagne où il passe les 17 dernières années de sa vie. S'il tente à 20 ans le voyage en orient, il en revient immédiatement, désappointé après avoir posé le pied en Tunisie. En revanche son séjour à Venise à 41 ans le voit peindre de nombreuses toiles de la Sérénissime même si le périple se termine en procès avec le commanditaire. Entre ces ...

Tiffany

Par Dimanche 7 mai 2017 Permalink 2

La maison Tiffany & Co. est fameuse pour ses bijoux dont rêve le personnage incarné par Audrey Hepburn devant la vitrine du magasin dans "Diamants sur canapé" ou en anglais "Breakfast at Tiffany's". Mais la firme peut se prévaloir de nombreuses autres créations. Charles Lewis Tiffany fonda en 1837 l'établissement new-yorkais spécialisé au commencement dans l'argenterie. Les affaires sont florissantes et l'entreprise achète même, en 1850, les bijoux de la reine Marie-Antoinette et en 1887 une partie de ceux de la couronne de France. Le fils après des études artistiques qui le conduisent à Paris, en Espagne et en Egypte rentre aux Etats Unis après avoir acquis sa vision de l'art au contact des œuvres de William Morris et du mouvement Art & Crafts. Tout en travaillant pour les Vanderbilt ou les Rockfeller, Louis Comfort Tiffany fait sienne l'idée d'Emile Gallé d'embellir chaque foyer d'un objet d'art. Notons par exemple cet encrier de bureau en laiton doté et cristal signé vers 1900 qui fit 525 € chez Coutau-Bégarie à Drouot le 24 octobre 2012. Les objets de décoration qu'il propose séduisent la clientèle et continuent d'être très recherchés aujourd'hui en salle des ventes. On notera par exemple la boite à thé japonisante ci-dessous, ...

Viardot, Gabriel, Frédéric (1830, Paris – 1906, Paris)

Par Samedi 6 mai 2017 Permalink 2

L'ébéniste Gabriel Viardot est un des plus grands illustrateurs du «japonisme», un courant artistique né dans les années 1870, qui adapte les formes et l’ornementation exotique aux arts décoratifs européens. En une, l'armoire formant vitrine, signée et datée 1872, fut adjugée 7 832 € chez Chatou-SCP Vincent Dragon le 23 avril 2017. L'artiste débute sa carrière en 1849 et, dès 1855, lui et son frère se font remarquer favorablement à la première exposition universelle par leurs meubles d'inspiration Renaissance, style en vogue à cette époque marquée par l'historicisme. Gabriel prend ensuite la tête de l'entreprise familiale et devient le chef de fil à Paris du courant japonisant qui apparaît en Europe après l'ouverture des frontières du pays d'Asie. Les honneurs vont très vite pleuvoir sur ce créateur qui aime à égayer ses meubles par des bronzes d’ornement dont les modèles sont tous de sa main. Le 16/04/10 la maison Delorme & Collin du Bocage vend le chevalet tripode H 190 cm - Larg 188 cm, ci-dessous, en bois patiné sculpté et gravé de motifs japonisants pour environ 5 500 € frais compris. La traverse coulissante supérieure est ornée d'une chimère en bronze doré. Dans la catégorie des objets décoratifs, les miroirs en ...

Fragonard Jean-Honoré (1732-1806)

Par Dimanche 30 avril 2017 Permalink 1

Les français connaissent "Le verrou" et les figures de fantaisie de Jean-Honoré Fragonard (elles sont au nombre de quatorze) et en particulier celle de Diderot un peu efféminée. Cependant, le peintre longtemps méconnu est très éclectique. Son charme quelque soit le sujet de ses compositions, vient de cette impression de spontanéité qu'il donne en mettant, tel un précurseur de l'impressionnisme, de resplendissant tons de rouge et de rouille illuminant la toile. L'image en une avec le pantalon du jeune homme brodant, l'habit de l'autre, les lèvres des trois personnages, le carquois par terre est un bon exemple. L'oeuvre (55,9 x 45,7 cm) de jeunesse (23 ans environ), un brin licencieuse, aux multiples symboles phalliques, fut proposée à Munich chez Hampel le 30 mars 2017 et fit 475 000 €. Notons à cette occasion que l'Allemagne en 2016 se situait en quatrième position sur le marché mondial de l'art derrière la Chine, les Etats Unis, la Grande Bretagne et devant la France! En France, justement, les amateurs argentés devront plutôt se contenter de dessins qui ne trouvent d'ailleurs pas toujours preneur. Si celui ci-dessous, "Jeune femme devant une sculpture antique de chien, plume et encre brune, lavis de bistre sur trait de ...

Odiot, une prestigieuse maison d’orfèvrerie

Par Samedi 29 avril 2017 Permalink 1

Le processus de création de la maison Odiot mis en exergue actuellement par le musée des arts décoratifs à Paris, n'est pas celui d'un démiurge fou, alcoolique ou drogué au prise avec ses démons mais une affaire de travail approfondi, austère, laborieux aboutissant depuis le premier empire à des pièces d'orfèvrerie d'une irréprochable qualité. Les mots, les images, les esquisses, les moules mènent à la fabrication d'objet en argent servant le plus souvent aux arts de la table. Après l'artiste créateur, dessinateur, viennent s'arrimer de nombreux métiers tels les planeur, tourneur-repousseur, monteur, ciseleur, polisseur-aviveur. Jean-Baptiste-Claude Odiot (1763-1850) a édifié l'entreprise d’orfèvrerie française la plus prospère et la plus fréquentée par toutes les cours européennes de son temps en prenant la succession de son père. L'empire la voit exploser, la restauration consacre sa gloire en faisant de la maison Odiot le fournisseur attitré de Louis Philippe. Encore de nos jours de nouvelles pièces sont inventées en collaboration avec divers designers. Aux enchères, les pièces de la maison sont bien prisées. la soupière en une avec son dormant en argent aux armes du comte de Lariboisière, poids 9,654 kg, H 36 cm fit frais compris chez Beaussant-Lefèvre à Drouot le 11 mars 2015, 29 ...

Additif à l’article sur Pierre-Auguste Renoir

Par Dimanche 23 avril 2017 Permalink 1

Il y a un mois nous évoquions Pierre-Auguste Renoir à l'occasion des animations prévues cette année en Champagne autour de l'artiste. http://politiqart.com/pierre-auguste-renoir-1841-1919/ Cette actualité a peut-être été cause de la présentation de deux tableaux de Renoir cette semaine à l'Hôtel Drouot. Cette abondance en vente publique de réalisations de cette artiste est rare dans notre pays! Le peintre est dorénavant largement plus présent sur la scène new-yorkaise voire londonienne ou hongkongienne. Sur le marché mondial de l'art en 2016, il totalisait 37 millions de $ d'enchères victorieuses! Mais les toiles présentées à Paris de dimensions modestes n'étaient pas majeures bien que très caractéristiques du style de cet impressionniste. Petites œuvres de grand maître comme on dit dans le milieu de l'art. Les vendeurs ont dû néanmoins être satisfaits puisqu'elles dépassèrent à chaque fois les estimations. En une, Paysage de Cagnes, huile sur toile vers 1905, porte un cachet partiellement effacé en bas à droite 25 x 31,5 cm, était estimé lors de la vente de Binoche et Giquello ovv du 21 avril 2017 entre 50 000 et 70 000 €. A ce prix les enchérisseurs étaient nombreux avec même des français en salle. Quand les choses sérieuses commencèrent au dessus de 80 ...

Brest, la Turquie, Erdoğan

Par Jeudi 20 avril 2017 Permalink 1

Recep Tayyip Erdoğan est un islamiste conservateur, le qualifie-t-on en une formule redondante. Quand on est islamiste, peut-on être autre chose que conservateur? C'est une formule fausse aussi car dans son pays, il ne conserve rien. Il détruit. Il met à bas un état dont la confession majoritaire était musulmane mais dont la structure était laïque; laïque et ouverte sur le monde. Dans le domaine des arts graphiques, où je veux en venir aujourd'hui, les artistes occidentaux aimaient transcrire sur la toile des beautés d'une Turquie qui n'avait pas peur de dévoiler ses richesses. (Les peintres turcs, en retour, n'eurent d'ailleurs pas peur de s'imprégner, de participer à la révolution impressionniste: http://politiqart.com/limpressionnisme-turc/). A l'heure où les touristes osent de moins en moins s'y rendre, l'orientalisme, mouvement artistique occidental, permet de dévoiler les magnificences du Bosphore sans risque sinon pour son porte-monnaie! En effet, les salles des ventes en sont friandes et quelques stars du XIXe siècle s'arrachent contre plusieurs dizaines de milliers d'euros. C'était le cas hier de Germain Fabius Brest (1823-1900). A Drouot, chez Blanchet & associés, l'huile sur toile du peintre en une, "Scène de marché près du Bosphore", 36 x 60 cm, récolta environ frais compris 37 000 ...