Noll, Alexandre (1890-1970)

Par Dimanche 19 novembre 2017 Permalink 1

Pour analyser le travail d'Alexandre Noll se caractérisant par la création d'objets, de meubles et de sculptures en bois, le poète Audiberti écrit: " Alexandre Noll trace et polit dans l'ébène et le noyer des cheminements où la pensée trouve son compte. Il fait sortir du bois, non le loup, mais un univers musical et mathématique de formes." Noll est un autodidacte qui trouve sa voie en rencontrant, mobilisé sur le front oriental pendant la première guerre mondiale, le graveur Lucien Jacques. Après l'armistice, son talent éclot en réalisant des pieds de lampe pour Paul Poiret ou des socques gravés pour le chausseur Perugia et ses objets sculptés directement dans le bois massif, sans ajout de colle ou de métal, sont très vite proposés en galerie avant d'être exposés au grand public à l'exposition universelle de 1937. Après la deuxième guerre mondiale, en 1947, le créateur se concentre sur la pure sculpture, telle cette tête en une taillée dans l'ébène, haute de 25 cm, qui le 23 novembre 2016 à Lyon chez Bérard-Péron-Schintgen ovv est adjugée 23 369 €. Enthousiaste, la Gazette Drouot décrit Alexandre Noll comme le génie du bois. Sa fille y explique que l'artiste va chercher près de la ...

Quinet, Jacques (1918-1992)

Par Samedi 18 novembre 2017 Permalink 1

Architecte d'intérieur et décorateur, Jacques Quinet réalise à la fois d'importants travaux pour de grandes institutions publiques et privées (divers paquebots et cargos, le Siège des Potasses d'Alsace à Paris, le théâtre d'Evian...) et organise des installations concernant l'ameublement de résidences privées en France, aux Etats-Unis et en Iran. Tout l'esprit de sa démarche artistique est résumé par sa déclaration au Figaro: "Pour moi, être moderne, c'est avant tout être classique." Élégance et simplicité souvent imprégnées de style Louis XVI vont alors être mise en exergue. Ses cinquante années de travail dans les arts décoratifs l'amènent à toujours s'attacher à des œuvres sobres et particulièrement soignées. Des lignes claires associées à des bois variés comme le chêne, le merisier, l'amarante ne l'empêchent pas d'aimer des matériaux comme le laque ou le bronze. Ses recherches l'incitent à travailler en collaboration avec de grands créateurs comme Raymond Subes, Gilbert Poillerat ou Ubac. Les passages en ventes publiques des meubles de Jacques Quinet sont toujours très remarqués. Le cabinet, en une, 120 x 151 x 45 cm, très révélateur de son travail, formant bibliothèque vitrée en amarante, gainée de parchemin, avec des bronzes réalisés par Joseph Rivière (1912-1961), lors d'une vente de Hôtel des ventes ...

Vase chinois de forme « hu »

Par Dimanche 12 novembre 2017 Permalink 1

La forme archaïque "hu" remonte à la dernière période de la dynastie des Shang (1250-1050 avant Jésus Christ). Les modèles rituels, en bronze, en bronze étaient destinés à contenir des boissons fermentées en sachant que le vin apparaît en Chine vers le XIVe siècle avant notre ère. La dynastie, d'origine mandchoue, Qing qui commence en 1644 pour finir en 1912, reprend les codes de la culture ancestrale pour inscrire son pouvoir dans la continuité d'une Chine éternelle. La porcelaine imite alors les modèles anciens par les décors et par la forme. Sa production, toutes les formes comprises, atteint jusqu'à 10 000 pièces par an, les empereurs encourageant des créations de grande qualité. La forme "hu" souvent reprise n'est plus utilisée pour contenir de l'alcool. Elle magnifie les qualités esthétiques et techniques des créations uniques au monde, à cette époque, de l'empire du milieu. Des officiers de haut rang vont parfois les recevoir en cadeau. Avec un tel pedigree, les vases de forme "hu", d'époque Qing, malgré leur apparition fréquente sur le marché de l'art, sont particulièrement bien prisés et les résultats à 5 ou 6 chiffres ne manquent pas! Le vase en une du XVIIIe siècle, en porcelaine, à décor en ...

Victor Vasarely (1906-1997)

Par Samedi 11 novembre 2017 Permalink 1

L'esprit scientifique de Victor Vasarely, né à Pecs, acquis peut-être au cours de ses années d'étude de médecine à Budapest avant que le Bauhaus ne l'intéresse aussi, fait de ses compositions à la géométrie rigoureuse un art qui peut s'apparenter à tout autre chose que la peinture. Néanmoins en 1938, alors que Vasarely est installé en France depuis 8 ans, il réalise la première oeuvre de l'art optique, encore figurative, intitulée Zebra, en noir et blanc, la couleur attendra les années 60, puis en 1955, il rédige le "Manifeste jaune" qui définit l'art cinétique avant que l'art optique ne soit définitivement consacré lors de l'exposition "Responsive Eye" à New York en 1965. Poursuivons chronologiquement la vie de l'artiste en mentionnant qu'en 1976, la fondation Vasarely à Aix en Provence met architecturalement en application ses conceptions dans un bâtiment de 16 volumes hexagonaux. Mais, amusons-nous enfin en remontant le temps et en constatant que la marqueterie en mosaïque du XVIIIe siècle qui décore les meubles en ébénisterie invente les codes de l'op art deux siècles plus tôt! Victor Vasarely qui fit sa carrière principalement en France, n'est pas rare sur notre marché de l'art. En une, la merveilleuse "Oeuvre profonde cinétique" ...

Louvre Abu Dhabi

Par Mercredi 8 novembre 2017 Permalink 1

Aujourd'hui est le jour de l'inauguration du Louvre Abu Dhabi, sans doute l'un des plus grands scandales de ce début de XXIe siècle. Ce sera pour Emmanuel Macron, présent, l'occasion de vanter la puissance universelle de la culture française. Ce sera surtout pour les français le triste événement de voir disparaître longtemps quelques uns de leurs plus beaux joyaux artistiques comme Le Fifre de Manet, La Gare Saint-Lazare de Claude Monet, l’Autoportrait de Van Gogh ou Bonaparte franchissant les Alpes de Jacques Louis David. Au total, 300 œuvres prêtées par Le Louvre, 12 prêtées par d'autres musées français. L'état n'a pas vendu à l'émirat arabe un savoir-faire, il a liquidé les bijoux de famille. Le Louvre n'est pas simplement un business. Il représente la concrétisation des idéaux révolutionnaires avec l'idée majeure de faire profiter au peuple dans son ensemble ce dont seulement les aristocrates bénéficiaient avant 1789. La culture pour tous, un idéal porté aussi par le gaullisme et André Malraux. Ce Louvre, si républicain et laïc, s'implante dans une monarchie héréditaire musulmane où les habitants n'ont ni droit politique, ni liberté d'expression et où l'égalité homme-femme est de la science fiction. En vendant une marque, le Louvre perd son âme. ...

Zingg Jules-Emile (1882-1942)

Par Dimanche 5 novembre 2017 Permalink 1

Jules-Emile Zingg aime la province et les paysages rudes de sa Franche-Comté natale. Certes il complète l'école des Beaux Arts de Besançon par un brillant apprentissage à Paris qui le mène second prix de Rome en 1913. Certes, jeune homme il sera influencé par les nabis et ses amis Sérusier et Denis. Mais jamais il ne succombe à l'académisme de la capitale ou aux grands mouvements artistiques qui marquent l'entre-deux-guerre. Le peintre se délecte des aplats de couleurs pures pour représenter des vues champêtres. Le peintre simplifie les contours des silhouettes d'êtres humains ou d'animaux jusqu'à les rendre plus tout à fait réels et plonger l'observateur dans un monde onirique. Jules Zingg est à la fois réaliste en montrant des vues escarpés, des neiges glaciales, des habitants vacants laborieusement à leurs occupations, mais son dessin, ses tons fauves magnifient parallèlement le milieu âpre qu'il se plait à dépeindre. Si de nombreux musées présentent ses œuvres, les passages de Jules-Emile Zingg dans les ventes aux enchères ne laissent jamais indifférents. L'huile sur toile, en une, qui passa chez Joigny Enchères le 8 juin 2014, "Paysage d'Auvergne" aux accents fauves et aux aplats géométriques, 38 x 55 cm, fit 7 502 €. Ci-dessous ...

Breguet

Par Samedi 4 novembre 2017 Permalink 1

« Une jolie chaîne d’or pendait de la poche de son gilet, où paraissait à peine une montre plate. Il jouait avec cette clef dite à criquet, que Breguet venait d’inventer. », écrit Balzac dans La Rabouilleuse en 1842. Dans trois romans, comme le souligne le site internet de la célèbre marque, l'écrivain associe tout comme Stendhal, Hugo ou Zola, le fameux fabricant au luxe et à l'élégance. Le fondateur de la maison, Abraham-Louis Breguet, né en Suisse en 1747, ouvre son entreprise à Paris en 1775, quai de l'Horloge. Devenue la référence absolue en matière de haute horlogerie, la maison invente entre autres, les montres perpétuelles qui se remontent grâce au mouvement de la marche ou encore le mécanisme tourbillon permettant la plus grande précision. La première montre bracelet est aussi de son invention. Du coup, De Marie-Antoinette à la reine Victoria, de Talleyrand à Winston Churchill en passant par le tsar Alexandre Ier de Russie ou Arthur Rubinstein, Breguet met son art au service des grands noms."(dixit Le Point Montres). Parmi la clientèle, l'aristocratie russe est particulièrement friande des garde-temps Breguet. La montre, en une, appelée en hommage à celle-ci, "Le réveil du tsar" avec une fonction réveil ...

Dinosaure, mon amour!

Par Dimanche 29 octobre 2017 Permalink 1

Le dinosaure est en plein boum! Fini le sens figuré un peu péjoratif signifiant un passé révolu. Un dinosaure, c'était un machin qui avait fait son temps! Aujourd'hui, l'animal disparu est plus présent que jamais. Un signe des temps... Notre monde en voix de disparition fait un transfert. Alors il regarde le gigantesque vertébré comme un objet d'art. Son squelette est paré de toutes les vertus esthétiques. Le dinosaure est beau même s'il a l'air cruel. Le géant emprunté qui, d'après les experts, cocotait à cent lieux à la ronde, est vu par les grands et les petits avec un apitoiement touchant, une tendresse qui a du mal à cacher que la nature humaine pleure en fait sur son propre sort. Le marché de l'art révèle particulièrement bien cet engouement. Alors que depuis 20 ans les œuvres possédées par la classe moyenne (pas celles exceptionnelles concernant les milliardaires) valent toujours moins chères, le squelette de dinosaure ne cesse de s'apprécier au point de désespérer les scientifiques des institutions publiques incapables d'aligner les zéros nécessaires pour un spécimen presque complet. On a vu dernièrement le Maroc s'offusquer de la mise en vente à Drouot du zarafasaura oceanis, 280 x 370 x 840(!) ...

L’école de Paris à Drouot

Par Samedi 28 octobre 2017 Permalink 1

Hier, 27 octobre 2017, à Drouot, une vente aux enchères, organisée par Oger-Blanchet ovv, dispersait une collection familiale consacrée à l'école de Paris, la première, celle qui rassembla, à Montparnasse, au début du XXe siècle, la fine fleur des artistes venus du monde entier. Ils étaient souvent juifs, mais pas toujours, venaient souvent de l'est de l'Europe, mais pas toujours. L'émulation entretenue leur permettait de donner dans leur art ce qu'ils avaient de meilleur. Alors, école, non parce qu'il n'y avait pas qu'un style, mais école oui, parce qu'il y avait un esprit qui flottait, peut-être un peu semblable à celui de la première école de Fontainebleau, un demi millénaire plus tôt, qui faisait de ces jeunes gens un groupe. Pour en revenir à la vente d'hier, constatons tout d'abord que n'étaient présents ni Marc Chagall, ni Chaïm Soutine, ni Amadeo Modigliani, ni Kees van Dongen, ni Moïse Kisling, ni Ossip Zadkine ou ni Tsugouharu Foujita pour ne mentionner que les plus célèbres. Néanmoins d'autres peintres de talent, moins connus du grand public, se trouvaient dans le catalogue (catalogue très intéressant avec une présentation des artistes et d'impeccables photos mais une faute de français à la quatrième page qui faisait mal ...

Gio Ponti (1891-1979)

Par Dimanche 22 octobre 2017 Permalink 1

"Nous avons vécu "à la Gio Ponti", dans des pièces sans portes, entourés de ses tableaux et de ses livres dans la fascination la plus totale". Ainsi s'exprime la fille de l'architecte designer milanais et fondateur en 1928 de la revue "Domus". Avec Gio Ponti, c'est un air de dolce vita, une réminiscence des trente glorieuses, qui transparaît dans "une oeuvre complexe et proliférante". Pendant l'entre deux guerres, l'ensemblier illustre un rationalisme italien dont le rapport avec le fascisme naissant est très net. Ses options concernant un espace toujours modulable, changeant selon les besoins, traversent une réflexion qui se poursuit après la guerre. Gio Ponti donne ses lettres de noblesse au Design italien qui se réfère à toutes les formes de design industriel inventées et fabriquées en Italie, y compris la conception d'intérieur, l'urbanisme, le stylisme et les projets architecturaux (tour Pirelli). Gio Ponti est en partie à l'origine du succès international du made in Italie. Son travail parfois très épuré pourrait s'apparenter à celui du français Jean Prouvé. Quelques exemples de prix réalisés en ventes publiques: Ci-dessous, le bureau scriban en bois recouvert de lithographies d'architecture en noir et blanc sur piètement en bois noirci de la fin des années 60, ...