Bruxelles a peur et se tait

Par Lundi 23 novembre 2015 Permalink 7

Le traitement médiatique de ce qui s’est passé hier soir à Bruxelles révèle la main mise des exécutifs sur l’information. Il a été interdit aux journalistes belges de parler en direct des événements de guérilla urbaine sous prétexte de ne pas donner de renseignements aux terroristes. Sans doute les donneurs d’ordre visaient les terroristes sourds ou malentendant, victimes aussi d’une cécité particulièrement handicapante!

C’était pourtant Beyrouth dans les rues pendant prêt d’une heure et les journalistes du monde entier étaient présents. Cependant les chaines d’information continue n’ont pas cru bon de faire du direct ou même de tenir leurs auditeurs au courant… La RTBF a fini par prendre l’antenne quand tout était quasiment fini, pour justifier le silence imposé. Avant, aucune tête n’a dépassé et la presse, partout, quelque soit le support, a joué à la grande muette. Le seul moyen de savoir était de taper sur twitter #tir ou #coupdefeu ou sur quelques comptes twitter du style @4newsfr ou @lesnews ou encore @infos140.

Cette omerta est grave car elle tend à minimiser les faits pour ne pas inquiéter la population en la désinformant. La télévision est devenue experte. Un long direct une fois sur une prise d’otage, pourquoi pas, mais donner la preuve par l’image que des fidèles musulmans terrorisent une population dans son ensemble n’est pas accepté. L’état en France ou en Belgique a peur d’une guerre de religion dans le pays. L’utilisation à l’emporte pièce du mot guerre par un ministre dépassé n’est possible qu’à la condition de ne pas en voir les stigmates dans la vie de tous les jours ce qui véritablement finirait par faire peur et donc devenir insurrectionnel. Le gain d’un point de vue électoral serait alors nul!

A part à Bruxelles, la France, ce weekend a continué de connaître  des faits divers multiples dénotant le délabrement de la société. Signalons entre autres que la police a été caillassée, comme d’habitude, dans un quartier de Mantes La Jolie, qu’à Savigny le Temple, un commissariat a été appelé pour un incendie qui n’était que le prétexte à une embuscade, qu’à Brest plusieurs incendies ont été déclenchés suite à la fermeture de la mosquée salafiste, que, dans le quartier de la Paillade à Montpellier, des feux après l’intervention dans une mosquée, se sont déclarés en représailles, qu’à Sens tout un quartier a été placé ce weekend sous couvre-feu. La liste n’est pas exhaustive, le délitement social continue…

Tous les moyens sont bons pour faire croire à un pacte social, pour reprendre la terminologie élyséenne, un pacte social donc qui, s’il a jamais existé, vole dorénavant en éclat. La télévision ne cesse de mentir sur l’état d’esprit des personnes occupant les vastes territoires dévolus à l’immigration et à l’islam. Ce qui représente l’état, de l’école aux pompiers en passant par les forces de l’ordre y est honni. Ce qui rappelle la France y est voué aux gémonies.

Frédéric Le Quer