Boycott, l’infernal phénomène

Par Mardi 27 septembre 2016 Permalink 1

Des acteurs norvégiens pro palestiniens appellent hier au boycott des relations culturelles entre leur pays et Israel. En France, depuis des mois, un collectif pro palestinien invite les officines pharmaceutiques à refuser de fournir des médicaments sous la marque israélienne Teva sans que notre ministre de l’intérieur ne s’en offusque. Une commune espagnole de l’île d’Ibiza, dans la communauté autonome des Îles Baléares, a adopté cet été une résolution de soutien au mouvement antisémite et anti-israélien Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS). En juin, la ville de Bondy boycotte les produits des localités juives de Judée-Samarie. Et les exemples de se multiplier.

Le blogueur québécois David Bensoussan écrit: « Après 2000 ans d’errance, Israël a fait revivre son état et sa langue dans une terre aride et délaissée. Ce pays est devenu une puissance économique, technologique et militaire. (…) Au cours des 20 dernières années, le PNB israélien de 300 G$ a connu une augmentation de 180% et le revenu moyen de 38 000$ par habitant est au 24e rang mondial. La dette est de l’ordre de 60% du PNB comparé à une moyenne de 110% pour les pays de l’OCDE (…)Israël exporte près de 2 Mds $ de technologies de l’eau à la plupart des pays africains, la Chine, l’Inde, l’Indonésie et le Népal. » Désalinisation, médecine, hautes technologies, start up, l’apport d’Israël à l’innovation est devenu capital. Mais le seul pays démocratique du moyen-orient fait l’objet de façon incroyable de l’opprobre d’une partie des pays de l’ouest!

Ne serait-il pas plus intelligent de donner en exemple ce que ce peuple a su faire en si peu de temps afin d’inciter les pays qui l’entourent à se reprendre en main? Les vieux démons de l’occident seraient-ils en train de refaire surface avec l’aide de l’antisémitisme islamique? Cette méthode du boycott est explicitement condamné par la justice. En octobre 2015, la Cour de Cassation, la plus haute juridiction judiciaire française, avait confirmé l’illégalité des appels au boycott d’un État tiers, Israël en l’occurrence. Pourtant nos autorités baignant dans la lâcheté, l’hypocrisie, la soumission à l’islam ne réagissent pas. L’Europe toute entière d’ailleurs se tait devant un état d’esprit qui jadis entraîna des millions de morts.

Le boycott est une manœuvre démagogique, discriminatoire, anti démocratique. Démagogique, en ne dénonçant pas celui contre les produits israéliens le gouvernement caresse son électorat musulman dans le sens du poil. Discriminatoire, en opérant une différence sur un produit à cause simplement de son origine géographique l’état et l’Union Européenne entretiennent indirectement la haine de l’autre. Anti démocratique… Là nous sortons du cadre d’Israël quand par exemple une journaliste semble se satisfaire comme hier sur BFM du boycott des banques françaises à l’encontre de la candidature de Marine Le Pen c’est la démocratie représentative qu’une caste s’arroge le droit d’assassiner.

Frédéric Le Quer