La bombe humaine

Par Vendredi 20 février 2015 Permalink 24

L’envahissement de l’Europe par les migrants venus d’Afrique, depuis longtemps théorisé par des intellectuels musulmans, est devenu aussi, depuis quelques temps, une arme de dissuasion. Le principe est basé sur la peur des européens et en particulier des italiens de voir des centaines de milliers de migrants clandestins arrivés sur leurs cotes. La bombe humaine prend le relais de la bombe atomique.

La menace vient directement des djihadistes libyens qui se servent de l’humanisme occidental pour jeter dans des bateaux bondés, des milliers de gens que la marine italienne s’empresse de secourir parfois même sous le respect des armes des passeurs qui veulent une fois le transbordement effectué récupérer leur navire! Mais un pas supplémentaire a été franchi avec le chantage des terroristes de multiplier ces traversées si des forces de l’Union Européenne s’invitent dans ce qu’ils considèrent comme leur pays. Dans le cas d’une ingérence de Rome dans les affaires libyennes, ce point névralgique de l’immigration subsaharienne déverserait des centaines de milliers de gens que l’Italie puis toute l’Europe devront alors prendre en charge.

Cyniquement les terroristes encore une fois se servent des médias qui s’apitoient avec des articles et des images dramatiques sur le sort  de ces groupes qui traversent illégalement la Méditerranée. La large diffusion des conditions déplorables du voyage en mer de ces malheureux devient paradoxalement le meilleur moyen de multiplier les candidats à l’exode qui savent que, in fine, ils pourront compter sur l’âme secourable des européens et atteindront la terre occidentale promise. Un appel d’air équivalent à la régularisation des sans-papiers est ainsi fourni.

Plus la tragédie est l’objet d’une large publicité, plus la pression psychologique des islamistes a de l’effet. Aucun des clandestins n’étant renvoyé dans son pays d’origine après avoir été secouru, l’envahissement journalier prend des proportions calamiteuses. Mais il existe aussi d’autres points de passage vers l’Europe, comme la Turquie devenue une importante zone de transit pour les candidats à l’exode du Moyen-Orient, de l’Asie, et pour les réfugiés qui fuient les zones de combat du Proche Orient.

Les migrants se transforment consciemment ou à leur insu en bombe humaine accentuant la crise identitaire. La protection rigoureuse des frontières est le seul moyen de conservation de notre modèle. Le laxisme de l’Union Européenne est un crime vis à vis de ses ressortissants.

Frédéric Le Quer

24