Bistrot, apéro, saucisson, pinard

Par Dimanche 4 septembre 2016 Permalink 4

La télévision aime à nous infliger des reportages où des gens d’aujourd,hui vivent comme c’était il y a vingt ans. Bistrot, apéritif, cuisine du terroir, rien n’est laissé au hasard concernant la gastronomie et le mythologique art de vivre à la française.

L’art de vivre à la française… Quelle rigolade! Ces émissions ne correspondent pas à une réalité d’aujourd’hui mais n’existent que pour faire comme si la réalité d’hier perdurait de nos jours. On esbroufe le téléspectateur en lui laissant subodorer des habitudes éternellement ancrées. La France est toujours la France, est-il dit en substance! Saucisson, pinard, à condition que ça reste dans l’étrange lucarne, sont du meilleur goût. Le virtuel vient alors au secours du réel. Le mensonge, parce qu’il est dans la télé fait figure de vérité.

Tout le monde se souvient de ces rassemblements qui furent interdits soi-disant pour une question d’ordre public mettant vin et porc au menu. Alors on les a remplacés par des fictions se déroulant dans la France profonde, celle des villages et des clochers, qui dans les débats politiques est jugée être composée de « petits français déclassés ». On se pince le nez pour en parler quand il s’agit du vote de ses habitants, on la porte aux nues en revanche pour ses coutumes. La schizophrénie bat son plein!

Un monde s’écroule sur l’autel de la mondialisation. Certains peuples résistent comme les scandinaves, les ibères, l’Europe centrale aussi, les italiens… Les français doivent eux se soumettre, supporter une existence transformée dont quelques uns profitent mais qui nuit à tous les autres. La détestation pour les français de la part de nos caciques a fait de la France pour son malheur un laboratoire. Mais à force de jouer avec de la nitroglycérine, un jour on la fait exploser.

Frédéric Le Quer