Bilan de la campagne de la primaire

Par Mercredi 16 novembre 2016 Permalink 7

Le soufflet retombe sur certains candidats de la primaire de droite comme il retombera sur les Macron, Montebourg et consort. Les favoris sont toujours là.

Les idées de NKM n’intéressent guère. Sa ligne de force se situe sur les travailleurs indépendants afin d’améliorer leur situation vis à vis de leurs assurances chômage, vieillesse, santé. La dame croyant en la nouvelle économie se passant de salariés au maximum, ne réalise pas que pour les indépendants leurs revenus ne cessent de se dégrader pour une raison assez simple. Si jadis, les grandes entreprises sous traitaient quelques unes de leurs opérations comme par exemple dans l’immobilier ou dans la confection ou dans le bâtiment ou ailleurs, aujourd’hui elles ne travaillent plus qu’entre elles refusant énergiquement d’offrir quelques miettes aux petits. Les independants de nos jours sont des uber taillables et corveables à merci. La vision sociétale de NKM du futur est un retour au XIXe siècle. Probablement ne s’en rend-elle même pas compte…

Concernant Jean François Copé à part sa haine de Sarkozy, comme les autres d’ailleurs, personne ne sait bien ce qu’il propose.

Le plus emblématique dans le genre soufflet est sans doute Bruno Le Maire dont le vide abyssal d’une pensée en phase avec les médias, se fissure dès qu’il lui est demandé d’étayer un peu. Le pauvre n’a rien à dire sinon qu’il est moderne, jeune et qu’il veut supprimer l’ENA… Compte tenu de l’état du pays, c’est du foutage de gueule!

Poisson est un représentant de la vieille droite maurrassienne. On connaît!

Il ne reste que les trois autres de véritablement sérieux.

Sarkozy fait des meetings comme il sait les faire. Les phrases sont punshies mais il n’y a jamais de chiffre! Derrière ressort surtout l’idée que l’immigration continuera avec lui au rythme de 200 à 300 000 par an et que gaulois ou pas nos ancêtres seront bientôt des nomades du désert!

Juppé refuse d’admettre le trouble que l’immigration outrancière que l’on connaît, puisse être un problème à l’inverse de Sarko qui lui le comprend. Aucun espoir de voir la France restée la France avec lui, figure de proue de la mondialisation. Évitera-t-il par sa pusillanimité la guerre civile? Peu probable au contraire.

Il ne reste que Fillon, le seul à avoir clairement dit que le problème identitaire ne venait pas des communautés mais de la seule communauté musulmane. Sa proposition de faire voter par les députés le nombre des travailleurs étrangers acceptés et de choisir leur origine est très intéressante. Avec son programme complet, un brin souverainiste, c’est le meilleur incontestablement à condition d’accepter le fait qu’il n’est pas comptable des cinq années qu’il a passé à Matignon. S’il avait démissionné, il aurait été plus crédible…

Frédéric Le Quer