Bilal, Ali et les autres…

Par Vendredi 3 février 2017 Permalink 2

La présidentielle française présente déjà Bilal comme candidat, va-t-elle voir le grand retour d’Ali? L’inénarrable Christophe Barbier en fait une possibilité bien qu’il est contraint de constater qu’il n’y a pas d’enthousiasme particulier dans la population pour cette alternative à Fillon. (Rappelons nous qu’il y a 6 mois les journalistes en faisaient le futur président de la république!) Il la trouve néanmoins logique constatant que Juppé est arrivé au second tour des primaires.

Mais dans le cas, quasiment inévitable, d’un renoncement, le mot est très tendance, d’un renoncement, donc, de Fillon, Sarkozy est incontestablement celui qui porte les idées se rapprochant le plus de celles des électeurs de droite. Ce dernier ferait vraisemblablement gagner son camp en éliminant Macron au premier tour qui au journal de
20 h à la télé avant hier a montré ses limites: Un programme ectoplasmique sans véritable ligne de force porté par un personnage sans stature. Sarkozy attendrait qu’on le rappelle, qu’on le supplie. C’est certainement en train d’être le cas de la part de députés qui se voyaient déjà rempiler pour 5 ans et qui maintenant sentent le vent de la débâcle. On n’imagine pas sérieusement Baroin ou Bertrand les sauver! Sarko, le retour?

Bilal lui serait devant Mélenchon. Ce résultat sent la manipulation sondagière à plein nez alors que même les députés socialistes sont totalement dépités par ce choix sans lendemain acté par les quelques extrémistes qui ont été votés. Décidément ces primaires de quelque côté qu’on se tourne sont ridicules mais Mélenchon s’est mis les médias à dos et ils se vengent. Hamon est un ovni gauchiste qui finira probablement à 7 ou 8 %. Les socialistes n’ont que Macron pour les représenter, les ralliements vont se multiplier et plus il y en aura moins les électeurs adhéreront au candidat!

Pour le moment donc Marine Le Pen débute sa campagne dimanche sans adversaire politique mais avec toute la presse contre elle. ça ne pouvait pas se présenter sous de meilleurs auspices.

Frédéric Le Quer