BFM déconne

Par Jeudi 17 décembre 2015 Permalink 4

BFM, la première chaîne de France d’information, continue sa propagande politique après les élections régionales. Elle tape tous les jours comme une sourde  sur le Front National et sa dirigeante Marine Le Pen se disant, à raison, qu’il en restera toujours quelque chose…

Evidemment, ce parti et ses chefs sont assez grands pour se défendre eux-mêmes et il n’est pas question ici de s’apitoyer sur leur sort, ils n’en ont pas besoin. Mais parfois le téléspectateur est las de cette rengaine et veut secouer le joug, casser le knout et dire de se calmer à tous ces bien pensants qui en croquent en attaquant toujours le même clan politique, certains non seulement de la plus totale impunité mais surtout d’écho médiatique et de réussite professionnelle pour leurs prises de position ressemblant plus à de la servile lâcheté qu’à un quelconque courage.

Ce matin par exemple, une jolie brunette, chroniqueuse de son état, portant haut un chignon de style secrétaire de direction des années 60, dégageant deux pendants d’oreille dans le genre de Zarowsky, maquillée dès la première heure comme une voiture volée, s’énervait avec le plus grand sérieux, habitée par sa croisade anti fn dans laquelle elle ne risquait strictement rien sinon des lauriers de la part de ses chefs. Cette dame reprochait à Marine Le Pen d’avoir publié sur son compte twitter des photos des carnages perpétrés par DAESH. L’omerta sur le drame physique des victimes de Paris nous avait choqué ici même dès le 17 novembre ( voir article http://politiqart.com/la-democratie-agonise/) alors que tout une orchestration en faveur des migrants avait été organisée à partir d’une image bidonnée d’un enfant sur une plage semblant avoir été rejeté par la mer. Deux poids deux mesures comme d’habitude! Donc la journaliste, écoutée par un couple à l’air grave défilait son argumentation pour vilipender Marine Le Pen en terminant de manière pathétique et risible sur la question qui lui semblait forte et pleine courage: « Pourquoi tant de haine, Marine Le Pen? » Franchement même au petit déjeuner, il y avait de quoi se bidonner… ou pleurer de rage!

Quand on se rappelle que la dame travaille pour une chaîne, BFM, dans la quelle le boss, l’homme qui rit du malheur des autres, s’exclamait sur twitter particulièrement heureux qu’il avait battu tous les records d’audience lors de la journée Kouachi-Coulibany en janvier, on reste perplexe sur la sincérité de son émotion. Cette journaliste jouait, feignait ses sentiments telle une actrice de seconde zone. Ses deux compères, la regardant, hochaient régulièrement la tête, la bouche pincée, et l’air accablé jusqu’à la fin de la tirade,  cherchant à montrer leur totale approbation sur cette question si grave… Au moins dans l’attente du sujet suivant, où ils se lancèrent avec entrain sur Star War, leur chef d’oeuvre incontournable!

Frédéric Le Quer