Recent Posts by Frédéric Le Quer

Loi travail

Par Mardi 11 juillet 2017 Permalink 2

Le projet de loi d'habilitation à procéder par ordonnances sur la réforme du code du travail comporte 9 articles qui sont en cours d'examen à l'assemblée nationale. L'ordre juridique et social de 18 millions de salariés du privé va changer de manière guère transparente puisque la teneur des ordonnances pour la nouvelle loi travail reste bien mal connue. Mais les députés vont largement souscrire à ce que demande le gouvernement. En fait, des syndicats comme Force Ouvrière ont beau joué les Candide, faire croire à la possibilité d'un deal win-win, présenter l'opération comme une grande concertation d'égal à égal, le but d'Emmanuel Macron qu'il va atteindre sans mal grâce à l'abrutissement des français, est de diminuer les droits des salariés du privé pour donner une plus grande latitude à leurs patrons. On déshabille Pierre pour habiller Paul. Et Pierre se laisse faire trouvant même parfois cela très bien, se sentant apparemment trop favorisé!!! Les bénéfices du CAC 40 ont bondi de 32,6% en 2016, à 75,8 milliards d'euros, alors que les entreprises ont poursuivi leur maîtrise des coûts dans un contexte de croissance molle. L'année dernière fut la meilleure année depuis 2010. Hors secteur financier, le résultat des banques étant largement ...

Éloge du déclinisme

Par Lundi 10 juillet 2017 Permalink 4

Le déclinisme agit sur une nation comme un rappel à l'ordre. C'est l'alerte qui encourage un peuple à ne pas accepter ce qu'on lui inflige. "On", ce sont les caciques et ces fabricants d'opinion publique dont le but est de faire ramper tous ceux qui sont en dessous, ceux qu'on croit obscures et sans-grade parce qu'ils restent cois, parce qu'ils ne s'insurgent pas encore. Le déclinisme est l'ennemi des classes dirigeantes, est le salutaire courant de pensée qui obligera inéluctablement les masses à se soulever. Alors Emmanuel Macron et les bouffons du roi, ces journalistes du Monde, de Slate, de Libération, des chaînes de télé, fustigent, s'insurgent contre le déclinisme qui représente la menace majeure à leur statut de privilégiés. La rébellion qui couve, trouve ses racines dans les profondeurs de la société, dans le sentiment de la population d'être maltraité, de vivre moins bien que ses aînés. Quand ce sentiment n'est pas une vue de l'esprit, quand il est fondé, quand il est corroboré par des chiffres qui ne cessent de montrer le déclassement des classes moyennes, il devient dangereux, il devient séditieux. Mais un sentiment n'est pas en soi révolutionnaire. Pour le devenir il doit être étayé par des ...

Serge Mouille (1922-1988)

Par Dimanche 9 juillet 2017 Permalink 1

Si les éditions actuelles des luminaires de Serge Mouille sont chères, ses éditions originales présentées dans les ventes à l'encan sont souvent hors de prix! Génie précoce dans l'art du dessin, l'orfèvre Serge Mouille devient un designer couru dans les années 50. Ses luminaires dépouillés, épurés jusqu'à ne laisser que le minimum, représentent à cette époque une révolution esthétique. En une lampadaire dit "Simple", 1953, structure en fil d'acier cintré, soudé et laqué noir, réflecteur orientable en tôle d'aluminium repoussé laqué noir et monté sur rotule en laiton vendu chez Artcurial le 31 mai 2016 11 050 €. L'ensemblier Jacques Adnet lui passe sa première commande: le lampadaire à trois branches, en tiges et tubes d’acier noir devient iconique! Cette silhouette squelettique reconnaissable entre mille avec ses lampes tétines travaillées en tôle d'aluminium repoussé, finies à la main, est déclinée aussi au travers de lustres ou d'appliques. C'est la série des "formes noires", aux bras pivotants, archétype du design organique. Vendues aux magasins du Printemps, elles font aussi l'objet de grandes commandes pour des universités ou le Paquebot France par exemple. Ci-dessous, le lustre à 3 branches, tôle noire, édition ancienne, longueur d'une branche 17 x 73 x 22 cm s'éclaira ...

Maxime Maufra (1861-1918)

Par Samedi 8 juillet 2017 Permalink 1

La chère Bretagne de Maxime Maufra a offert au peintre des atours qu'il a magnifiés avec la facture impressionniste qui plait tant aux collectionneurs. S'il ne s'engage dans une carrière artistique qu'à l'age de 30 ans, c'est pour complaire à son père qui préfère le savoir dans le commerce. Depuis longtemps cependant, il était attiré par les arts plastiques grâce par exemple à sa découverte de Turner à 20 ans à l'occasion d'un voyage en Grande Bretagne qui le conduit à se sensibiliser au travail de la lumière. L’impressionnisme de ses confrères sonne alors comme une évidence quand il sort ses pinceaux alors que le synthétisme de l'école de Pont Aven l'influence dans son oeuvre graphique, ses gravures et ses lithographies. De la fin du XIXe siècle jusqu'à sa mort, Maxime Maufra se consacrera entièrement à son art avec une réussite certaine. Il s'installe le premier au bateau lavoir à Montmartre. Durand Ruel devient son marchand attitré. En une, Calme d'été, baie de Douarnenez, huile sur toile signée, datée 99, titrée, 60 x 73 cm, fut achetée directement auprès du peintre par le galeriste comme en témoigne les étiquettes au dos. Il vient de faire chez SGL enchères à St ...

Profit contre civilisation

Par Vendredi 7 juillet 2017 Permalink 3

"Je suis en visite chez un vieil allié qui a le courage de défendre notre civilisation". Donald Trump s'exprimait ainsi hier devant les polonais venus l'accueillir, leur pays refusant de se soumettre au dictât de Bruxelles pour recevoir les réfugiés d'Afrique et d'ailleurs. Toutes les relations internationales tournent désormais autour de l'invasion migratoire en Europe. La tentative de la part des puissances de l'Europe occidentale de faire du manichéisme autour de la question a échoué. Non, il n'y a pas les gentils d'un coté, recevant à bras ouvert toute la misère du monde et, de l'autre, les méchants qui n'en veulent pas. Et si analyse manichéenne il doit y avoir, les opinions publiques commencent à percevoir que ceux qui s'affublent de valeurs soi-disant humanistes sont mus par leurs intérêts économiques, financiers, politiciens au détriment de la qualité de vie de leurs compatriotes. La déstabilisation de la Libye donne sa pleine mesure. Le pays a remplacé la Turquie pour l'entrée en Europe et l'Union Européenne se moque scandaleusement des citoyens en annonçant qu'elle va négocier avec cet état! Il n'y a pas d'état, il n'y a pas de régime politique. Des tribus rivales ont dépecé le pays et laissent passer les ...

Benjamin Rabier (1864-1939)

Par Mercredi 5 juillet 2017 Permalink 1

Depuis l'hommage rendu par le musée de l'illustration jeunesse de Moulins dans l'Allier, il y a deux ans et demi, la cote du dessinateur Benjamin Rabier se porte plutôt bien. Les personnages de La vache qui rit, d'Aglaé et Sidonie ou encore du canard Gédéon font raisonner dans l'imaginaire des collectionneurs une sorte d'age d'or, de monde enchanté où la gentillesse est la valeur cardinale. Ses couleurs, ses ciels toujours bleus, ses animaux enjoués, leurs allures gracieuses rafraîchissent l'observateur en le transportant dans un monde simple et joyeux. Bref dans nos temps difficiles et troublés, le graphisme de l'artiste Benjamin Rabier agit telle une bouffée d'oxygène. Plusieurs dessins de lui étaient à vendre lundi 3 juillet à Drouot chez Tessier & Sarrou. Les choses se sont curieusement passées. D'abord les acheteurs ne se bousculaient pas au portillon! Ensuite l'expert avait pris sur lui de faire monter les enchères bien au-dessus des estimations au point que le commissaire priseur et le crieur se regardaient d'un air interrogatif, le premier un peu agacé. Il semble que de nombreux lots furent ravalés (traduction: invendus). Malgré mon habitude des ventes aux enchères, l'embrouillamini était tel que je ne saurais dire lesquels ont réellement été achetés ...

Jupiter Macron, le mégalomane

Par Mardi 4 juillet 2017 Permalink 9

Pour quelques centaines de milliers d'euros, Jupiter Macron s'est donné l'occasion de s'entendre parler devant un parterre de parlementaires largement acquis à sa cause. La psychose délirante chronique dont est atteint notre président se révèle au grand jour. Après ses longs et ennuyeux discours de campagne, voilà ses longs et ennuyeux discours à la nation qu'il justifie d'après son entourage par la complexité de sa pensée. Rien que ça! Il veut être au centre d'un projet humaniste nouveau pour le monde. Je n'invente rien, hélas! Et à l'instar de ses prédécesseurs, il souhaite que la France reprenne l'initiative au sein de l'Union Européenne. Donc Emmanuel Macron se prenant sérieusement pour Jupiter, comme d'autres à St Anne se prennent pour Napoléon, affiche des ambitions aussi insensées que floues. Certes il pose un instant les pieds sur terre quand il parle de réduire le nombre des parlementaires, insérer dans le scrutin législatif une dose de proportionnelle ou instaurer un droit de pétition pour les citoyens. Mais ces mesures concrètes s’énoncent en deux lignes surtout quand on ne veut pas, comme lui, s'abaisser aux détails. Le reste est le verbiage suffisant de quelqu'un qui a réussi à des gens qui ne sont rien, comme ...

Purge au sein du système médiatique

Par Lundi 3 juillet 2017 Permalink 3

Le système médiatique qui diffuse la bonne parole au peuple français, refuse la contradiction. BFM Business a viré Olivier Delamarche, économiste qui chaque semaine osait sur l'antenne critiquer la véracité des chiffres économiques avec des arguments d'économiste. Europe 1 et Paris Première virent Natacha Polony dont les faiblesses en faveur d'un souverainisme adapté à la mode mondialisante étaient encore trop voyantes pour les capitaines d'industrie propriétaires de ces chaînes. Ajoutons aussi la fin des émissions de Frédéric Taddéi auquel France télévision a montré la porte avec insistance! Cela après l'éviction d'Eric Zemmour du groupe Canal +! Pendant ce temps Alain Finkielkraut semble menacé à France Culture pour avoir osé inviter à son émission du samedi matin Renaud Camus, celui qui a théorisé le grand mouvement migratoire allant d'Afrique vers la France, nos médias n'autorisant évidemment pas tout le monde à s'exprimer. Il est intéressant de constater qu'il n'y a pas de fracture idéologique entre médias publics et privés. Un effet du pantouflage sans doute! L'idéologie est la même. Le bourrage de crâne est identique. Les lignes éditoriales sont monochromes. Il s'agit de ne jamais critiquer la mondialisation, ne jamais douter de la voie prise par les banques centrales pour assurer le ...

Kovsh

Par Dimanche 2 juillet 2017 Permalink 1

Si le kovsh est une pièce d'orfèvrerie russe parfois d'une très grande valeur, il correspond traditionnellement au moyen-âge à un simple récipient à boire en bois, une sorte d'ustensile de cuisine constitué d'un cuilleron concave prolongé d'un manche faisant assiette creuse et louche en même temps, s'attachant à ressembler à une oie ou un canard. Si dès le XIVe siècle, il apparaît en métal, c'est à partir du XVIIe siècle que le kovsh devient un objet de luxe, de récompense aussi pour les collecteurs d'impôt ou les cosaques, à l'orfèvrerie délicate. Celui ci-dessous, par exemple, en vermeil a été offert par Catherine II à un cosaque avec une dédicace en russe traduite en français "... en témoignage de ses bons et nombreux / services (à notre égard), à Moscou le 18 mai 1774". Il fut vendu le 4 juin 2017 par Ferri ovv à Drouot pour une somme de près de 90 000 € frais compris. Si le début du XIXe siècle voit passer le kovsh en désuétude, le besoin de s'ancrer dans l'identité slave existant avant la révolution bolchevique le remet à l'honneur. Le glorieux artisanat russe de cette époque en fait un objet emblématique très richement orné. Celui en ...

Charles Artus (1897 – 1978)

Par Samedi 1 juillet 2017 Permalink 3

Le passage hier 30 juin 2017 au Crédit Municipal de Paris du sculpteur animalier Charles Artus est l'occasion de s'arrêter sur cet artiste dont quelques unes de ses œuvres sont dans les collections du Metropolitan Museum. "Elève de Navellier, puis de Pompon dans les années 20, Charles ARTUS est un éminent sculpteur animalier de la première moitié du XXe siècle. Membre du «Groupe des douze» avec Jouve, Pompon, Guyot, Bigot..., il crée son propre atelier rue de Vaugirard et y acquiert une grande notoriété qui lui permet de présenter ses œuvres dans les galeries Edgar Brandt, Charpentier ou Bernheim jeune. De Paris à Etretat à partir des années 40, il continue sa production pour les amateurs et les musées jusqu'à sa mort en 1978." Cette présentation du sculpteur est celle faite par Aguttes svv lorsque la maison vendit le coq en une, cachet du fondeur Valsuani, cire perdue, vers 1930, 1940, hauteur 32,5 cm, au prix de 31 875 €. Pour ce qui est de la vente aux enchères du Crédit Municipal, un merle était présenté, ci-dessous, bronze à patine brune, 18,5 cm de hauteur, signé. Il était estimé seulement 800-1200 €, sans doute parce qu'il n'était ni numéroté, ni ...

Recent Comments by Frédéric Le Quer

    No comments by Frédéric Le Quer yet.