Auguste Rodin se signale à Drouot

Par Mercredi 22 juin 2016 Permalink 1

Trois sculptures d’Auguste Rodin étaient proposées à la vente chez Tessier Sarrou SVV, ce jour. Les résultats furent supérieurs aux attentes, et compte tenu du contexte, il s’agit d’un très beau tir groupé.

La première appelée « Le pêché » (H: 22,8 cm L:11,7 cm )créée entre 1895 et 1898 est une fonte posthume entre 1935 et 1942 de Rudier, marquée 2 sur la terrasse. Elle se vendit environ 67 000 € avec les frais. D’après la notice au catalogue, Emile Verhaeren dans une lettre la décrivait comme étant un «enlacement fou… et si chaste». Personnellement je ne le trouve ni très chaste ni vraiment fou, plutôt baroque et plein de mouvement… A vous de juger, voir ci-dessous.SAM_1489

La deuxième intitulée « Deux sirènes » (H: 14, 9 cm L: 24,5 cm) créée entre 1895 et 1900, fondue aussi après la mort de Rodin entre 1935 et 1942 par Rudier et numéroté 1 fut adjugé frais compris environ 50 000 €. Citons le catalogue qui présente bien l’oeuvre: « …le sujet lui-même reste mystérieux, hésitant entre le jeu ou le combat entre ces créatures légendaires et fantasmées et qui semble être plus un prétexte à un enchevêtrement de corps, où les lignes de force tendent vers un déséquilibre maîtrisé ». (voir ci-dessous.)SAM_1485

Enfin la troisième, vers 1892-95, indéniablement la plus intéressante, un plâtre travaillé directement par Rodin, à peu près intact puisqu’il ne servit pas à faire le modèle en bronze. Il est appelé « L’acrobate » ou « Le jongleur » (H:30 cm L: 10 cm) et doubla l’estimation à 87 000 € environ frais compris. Le musée Rodin possède deux autres épreuves similaires. Photo en une de l’article.

Frédéric Le Quer