Au journal de France 3

Par Lundi 10 novembre 2014 Permalink 31

Lorsque samedi 8 novembre vers 19 h 30, les informations sur France 3 relataient le fait divers concernant une attaque violente d’une caissière de supérette  à Fresne en banlieue parisienne, le téléspectateur blasé devait écouter d’une oreille distraite cette scène plutôt banale dans ces territoires où la diversité n’est enchanteresse que d’assez loin, vue des beaux quartiers parisiens.

Business as usual, pour ces délinquants qu’une caméra de surveillance avait filmés et que la chaîne retransmettait suffisamment mal floutés pour qu’on puisse deviner des jeunes issus de l’immigration, comme le gérant du magasin d’ailleurs. Ils venaient se venger après avoir été sortis un peu plus tôt avec des gaz lacrymogènes car soupçonnés de vol et s’en prenaient donc à l’employée, à coup de démonte-pneu, elle a ensuite été hospitalisée. Ambiance…

Le reportage continuait avec l’interview d’une cliente, une dame âgée, qui faisait part de son inquiétude face à l’insécurité récurrente qui dégradait le quartier. Elle fut très vite interrompue par une femme musulmane, emmitouflée dans des tissus des pieds à la tête, qui lui dit avec insolence qu’elle n’avait qu’à aller vivre à la campagne… La personne, visiblement apeurée par l’agression verbale, partit prestement sans répondre.

France 3 rediffuse son journal, appelé Soir 3, sur son site internet. Inutile d’aller voir ce qui est ici relaté, jamais, l’information et le reportage n’y ont été diffusés. Petite crise d’indépendance journalistique sans lendemain…

Le pouvoir politique, les dirigeants de France 3 n’ont certainement pas dû apprécier cette séquence montrée dans toute sa crudité qui témoignait de l’horreur sociale existant en banlieue. L’intervention sans ambiguïté de la musulmane à l’encontre de celle qui ne l’était pas, le sens de ses paroles profondément discriminatoires qui invitaient à partir celle qui était différente, prouvent à quel point la population a, dans ces endroits, vocation à se convertir à l’islam si elle ne l’est pas déjà, à quel point la ségrégation religieuse entraînera à terme la libanisation de ces territoires, à quel point le pouvoir politique, par lâcheté, effrayé d’une guerre civile qui forcément viendra, est complice.

Une communauté religieuse venu de l’étranger a pris le contrôle de la banlieue. Aucune remise en cause de son mode de vie n’est plus tolérée. Toute loi différente de celle du coran est de plus en plus incongrue et rejetée. Le découpage des régions n’a pas besoin d’être fabriqué dans les cabinets ministériels car c’est de sécession dont on parlera sous peu.  Elle s’imposera dans la vraie vie, celle de l’islam conquérant, celle du rejet de l’autre, celle d’une France à l’agonie avec la complicité d’une information aux ordres d’un pouvoir débordé.

Frédéric Le Quer

31