Attentat terroriste en Suède

Par Samedi 8 avril 2017 Permalink 5

Le 19 février 2017, soit il y a quelques semaines, Donald Trump parlait en ces termes de la Suède: « Voici le principe de base : nous devons garder notre pays sûr. Vous regardez ce qui se passe en Allemagne, vous regardez ce qui s’est passé hier soir en Suède » (reportage Fox news). « La Suède… Qui aurait pu le croire ? La Suède ! Ils ont accepté un très grand nombre [de migrants, ndlr] et ils ont eu des problèmes comme ils n’avaient jamais imaginé en avoir. Vous regardez ce qui se passe à Bruxelles, vous regardez ce qui est en train de se passer dans le monde entier… Jetez un œil à Nice. Regardez Paris. Nous avons autorisé des milliers et des milliers de personnes dans nos pays et il n’y avait aucun moyen d’examiner ces gens. Il n’y avait aucun document, il n’y avait rien. Donc, nous allons garder notre pays sûr. » (traduction Breizh-info). Le président des Etats Unis a aussi tweeté après cette intervention controversée: « Les médias BIDONS veulent nous faire croire que l’immigration à grande échelle fonctionne bien en Suède. NON! »

Le site internet « lesobservateurs.ch » décrivait à la même période: « Dans la banlieue immigrée de Rinkeby à Stockholm les agents de police ont été soumis à des jets de pierres, des coups de semonce ont été tirés, des magasins ont été pillés, les commerçants se sont battus et plusieurs voitures sont en feu. Une opération policière énorme a lieu sur le site. »

Le Gatestone Institute fait état dun rapport de 2016 « rédigé sur la base de 1 100 entretiens réalisés à Stockholm avec des élèves, musulmans pour 90% d’entre eux. L’étude montre que ces jeunes vivent sur une planète qui n’est pas celle des Suédois. 83% des filles n’ont pas le droit d’avoir des amis de sexe masculin, et 62% des garçons n’ont pas droit à des amies filles(…). A l’issue d’agressions sexuelles en série, la police d’Östersund a fait savoir que la sécurité des femmes ne pouvait plus être assurée en ville, la nuit. » Pire ce même rapport ajoute: « Les services de sécurité suédois ont identifié parmi les demandeurs d’asile, une soixantaine de terroristes ou d’autres personnes qui représentent une menace pour la sécurité du pays. Les services d’immigration ont refusé qu’ils soient expulsés. »

Le Gatestone Institute révèle par la même occasion qu' »un chauffeur d’autobus a été mis à pied par son employeur pour avoir partagé sur Facebook un certain nombre de posts critiques sur l’immigration. Le tollé a été tel que la compagnie de transports à dû revoir sa décision ».

Les élites suédoises sont complices de l’attentat qui a fait hier plusieurs morts et plusieurs blessés à Stockholm.

Frédéric Le Quer