Armand Point (Alger 1861 – Naples 1932)

Par Dimanche 16 octobre 2016 Permalink 1

Les français ont souvent du mal avec ces créateurs éclectiques abordant de multiples expressions artistiques à la manière de la Renaissance italienne. Armand Point est de ceux-là et s’il est mal connu du grand public, les collectionneurs avertis se disputent ses œuvres dans les salles de vente.

Abandonnant sa première manière orientaliste due à son enfance algéroise, il se consacre à l’Italie du XVe siècle. Peintre, orfèvre, expert en émaillerie d’art, ébéniste, sculpteur, l’homme se frotte à ces techniques diverses avec bonheur. Spécialiste des méthodes de travail anciennes comme par exemple la technique de la peinture à l’œuf (voir ci-dessous, Eros, panneau daté de 1896 100 x 52,5 cm adjugé 68 400 € chez Binoche-Demaredsous le 11 décembre 2010), il se situe dans une lignée plutôt britannique entre les préraphaélites et le mouvement Art & Crafts.sam_2085

L’idéalisme d’Armand Point se heurte aux pressions matérialistes de son temps. Il dirige à Marlotte près de Fontainebleau où il vivra quatre décennies, une colonie d’artistes pendant plusieurs années. Ce fut un des hauts lieux de l’art à la Belle Époque. La demeure abrita un magnifique bouillonnement de cultures, au carrefour des révolutions morales, sociales et esthétiques qui bouleversèrent notre civilisation. Notons y la présence de Lou Salomé qui ne s’appelait pas encore Andreas mais subjuguait déjà les hommes! Rainer Maria Rilke, Frédéric Nietzsche et le vieux Sigmund Freud tombèrent dans ses filets!

Le phalanstère d’Armand Point ne survécut pas à la grande guerre. L’artiste devient une sorte de peintre officiel de la bourgeoisie vilipendé par une jeunesse plus éprise de changement que véritablement flamboyante. C’est en faisant une sorte de pèlerinage vers Naples qu’il décède.

La plaque bombée ci-dessous, Sirène, émaillée blanc et or sur fond noir agrémentée de perles, de pierres de couleurs, monogrammée et datée 1907 dans un écusson, 12,5 x 9,5 cm fit 39 928 € chez Binoche Maredsous à Orléans le 13 décembre 2014.sam_2082

Le dessin ci-dessous de 205 cm de haut à la pierre noire et à la craie blanche intitulé Ève à la pomme, réalise toujours dans la même maison de vente 9000 € le 18 janvier 2014.sam_2083

Enfin toujours chez Binocghe Maredsous, la plaque patinée en bronze, ci-dessous, en léger relief et émaux plychromes, cadre en bois sculpté, signé « A. Point C. Virion Hauteclaire année 1897″, 96 x 83 cm fit 41 500 € toujours chez Binoche Maedsous à Orléans, le 14 mars 2015.sam_2084

Frédéric Le Quer

PS: en une, coffret aux serpents entre 1897 et 1899 bois, bronze ciselé et doré, émaux champlevés et cloisonnés polychromes sur fond émaillé vert foncé, rehauts d’or H. 0.323 ; L. 0.305 ; P. 0.226 musée d’Orsay, Paris,

PS: les sommes obtenues par Armand Point aux enchères sont mentionnées dans La Gazette Drouot