Angela Merkel, un pont trop loin?

Par Mardi 22 novembre 2016 Permalink 3

Le titre officieux de leader du monde libre qui revenait jusqu’à maintenant au président américain est dorénavant décerné à Angela Merkel. Certaines personnes dans l’ombre mais dont les idées sont relayées par les médias, en ont décidé ainsi après l’élection de Donald Trump qui apparemment ne mérite pas cet honneur! Donc la chancelière, brave petit soldat de la mondialisation, se voit confier le privilège de mener à bien la politique de libre échange sur le plan humain comme sur le plan économique. Elle briguera à l’automne 2017 un quatrième mandat.

Les journaux s’extasient de l’engagement de la candidate « anti populiste » (oui, oui, c’est son titre de noblesse!) en la parant de toutes les vertus. D’après les sondages, 55 % des allemands la plébiscitent. Barack Obama et elle filent le parfait amour. Tout cela n’est-il pas de bien mauvais augure? L’anti populisme n’est guère porteur, voir même l’assurance de perdre systématiquement toute consultation électorale. Cameron, Clinton, Juppé bientôt, dans dix jours Renzi, prouvent à quel point la soi-disant respectabilité dans laquelle ils se sont tous drapés, n’émeut pas les électeurs. Le soutien d’Obama à une élection n’est pas un gage de réussite, loin de là. Quant aux sondages, à force d’être des vecteurs de propagande, ils trompent même ceux qui les manipulent!

Angela Merkel ne sait plus s’arrêter et risque comme son mentor en politique Helmut Khol, de vouloir en faire trop. Grisée par sa stature mondiale, elle se déconnecte du mal être existentiel de son peuple de plus en plus perdu dans son propre pays. Le politiquement correct serre les boulons d’une main dure faisant condamner devant les tribunaux toute déviance intellectuelle. Par exemple, les gens qui diffusent des points de vue xénophobes sur les réseaux sociaux peuvent perdre la garde de leurs enfants (Die Welt)!

Le plein emploi fera-t-il tout oublier? Les taux de pauvreté sont plus importants qu’en France. Comme on l’a vu, le pays n’est pas à l’abri des attentats terroristes. La victoire déjà promise dans moins d’un an, ne sera donc pas une simple formalité. Angela Merkel a considérablement égratigné l’aura qu’elle avait auprès de ses compatriotes. Peut-être qu’un nouvelle surprise est de ce coté là aussi à attendre?

Frédéric Le Quer