Ambassade américaine à Jérusalem

Par Samedi 9 décembre 2017 Permalink 1

L’installation future de l’ambassade américaine à Jérusalem devait mettre la fameuse Esplanade des Moquées à feu et à sang pour la prière du vendredi. Il n’en a rien été. Nos journalistes en sont tout marris. La décision de Trump n’a pas allumé le feu. Le président américain met en place sa politique étrangère courageusement envers et contre tous les médias.

Pourtant, la veille, la presse s’était montrée particulièrement menaçante n’hésitant pas à souffler sur les braises de la violence pour mettre à mal la volonté présidentielle soutenue par les évangélistes et les juifs américains. « Tension », « enfer », « heurts », « embrasement », « conflits », « manifestations », « troubles », « colère »… et bien sûr « intifada » étaient les mots systématiquement employés par des médias qui se frottaient déjà les mains en pensant que reconnaître matériellement, pratiquement Jérusalem comme la capitale d’Israël était la gaffe qui ferait tomber Donald Trump. Et bien non! Au contraire! La stature du chef d’état américain se voit renforcée. Il ose et réussit là où ses prédécesseurs préféraient la pusillanimité.

Les appels du Hamas largement relayés par la presse internationale n’ont donné lieu qu’à quelques échauffourées isolées vite calmées par l’aviation israélienne malgré une population palestinienne que le monde entier a cherché à chauffer à blanc! France 24, la voix des dirigeants français, en est réduite à se formaliser sur des bris de vitrines de magasins, un peu comme quand les insoumis manifestent à Paris!

La décision de Donald Trump d’installer l’ambassade américaine à Jérusalem est donc une victoire. Les chefs palestiniens qui écœurent continuellement leurs concitoyens en sont aussi pour quelque chose, ceux-ci préférant être dirigés par des israéliens avec lesquels ils sont libres de vivre et travailler comme bon leur semble, qu’avec un ramassis de corrompus qui ne leur apportent rien de positif.

Frédéric Le Quer