Alternative für Deutschland

Par Mardi 12 janvier 2016 Permalink 2

Le parti d’outre Rhin, Alternative für Deutschland, est surveillé étroitement par les services de renseignement allemands. Cinq élections législatives régionales se joueront cette année et l’inquiétude grandit en voyant qu’après le passage à vide de l’année dernière, le parti a repris du poil de la bête et ne cesse de grandir dans les sondages.

La CSU en stigmatisant l’immigration et l’abstention de citoyens désabusés sont rendues responsables de sa montée. L’AfD qui n’existe que depuis deux ans, construit sur l’euroscepticisme, contre la banque centrale européenne et la politique de Mario Draghi, retrouve une nouvelle jeunesse avec la crise des migrants. Parti souverainiste favorable à une Europe des nations, sa nouvelle présidente, Frauke Petry, chimiste, entrepreneur, mariée à un pasteur protestant, 4 enfants lui fait prendre un virage national conservateur. Les 5% des suffrages, sésame indispensable pour être représenté dans les Länder seront probablement atteints partout sans difficulté.

AfD  ne cache pas sa vision commune avec le nouveau gouvernement polonais concernant les migrants. Merkel est fustigée pour son laxisme suite aux agressions sexuelles subies par les allemandes. La population à l’inverse de ce que font état des sondages arrangés, semblerait massivement derrière cette ligne.  Toutefois les  dérapages de la part de membres plus extrémistes sont fréquents. Obama qualifié de nègre pour les quotas ou le coran comparé à Mein Kampf permettent aux adversaires de s’engouffrer dans une brèche bienvenue et de qualifier le parti d’extrême droite. Ces égarements eurent à d’autres moments été fatales à la survie d’Alternative für Deutschland mais le raz-le-bol des allemands envers des médias quasi unanimes pour soutenir l’immigration permet au parti de dénoncer inlassablement l’extravagante politique gouvernementale.

A l’est, AfD serait déjà crédité de 16% des suffrages et chaque fait divers mettant en cause les migrants le renforce. La question qui tue a été posée à Angela Merkel par Frauke Petry: « L’Allemagne est-elle assez ouverte sur le monde et multicolore pour vous, madame Merkel ? » Si pour la chancelière, on ne sait pas très bien, pour les allemands, la réponse est évidente. Il reste pour les électeurs à franchir le pas et voter pour un parti stigmatisé. ça nous rappelle quelque chose…

Frédéric Le Quer