Alain Juppé dans l’expectative

Par Mardi 15 novembre 2016 Permalink 3

On ne sait pas si Alain Juppé en faisant la queue le samedi à Auchan (si, si il l’a dit, il croyait même que ça s’appelait Prisunic!) prend la file avec la caissière ou celle avec les automates. Cette importante question sera posée par la journaliste star Ruth Elkrief en personne sur BFM, la première télévision de France d’info en continu.

La réponse pourrait être l’occasion d’un chamboulement dans la primaire de droite. Le candidat s’y prépare. Son conseiller en communication a d’abord émis l’idée de dire qu’il choisissait la file avec la plus jolie caissière portant une blouse un peu ouverte surtout si elle a de gros seins. Cette explication avait un aspect criant de vérité en mettant en avant la testostérone toujours sécrétée du candidat âgé. D’une pierre deux coups: Alain Juppé devenait un français comme tout le monde et Alain Juppé gardait les pulsions de n’importe quel autre jeune homme.

Une représentante féminine du staff du candidat vient de crier « Attention! Casse cou! » à la surprise générale. Il semblerait que ce comportement aurait des relents sexistes qui risquerait de rameuter les femens. Le conseiller en communication a immédiatement répliqué que quelques poitrines nues donneraient un peu de piments aux meetings d’Alain Juppé. En effet certaines caméras balayant les salles laissent entrevoir des gens en train de s’assoupir lors des discours. Pire quelqu’un au premier rang ronfla un jour si fort qu’on avait du mal à entendre le candidat s’extasier sur l’identité heureuse: ça la foutait mal! Mais cet argument n’a pas convaincu et le doute s’installe et les sondages deviennent inquiétants.

Alors, et si Alain Juppé prenait la caisse avec les automates, cela ne mettrait-il pas tout le monde d’accord? Pas certain; c’est froid les automates et avec cet homme ne brillant pas par les contacts humains, ce choix risquerait de renforcer le coté austère du personnage. Le candidat s’est à l’évidence placé dans un corner dont il a du mal à sortir. Ses supporters craignent logiquement qu’il y laisse des plumes. Sarkozy qui propose un double ration de frites pour les musulmans a frappé fort. Fillon qui exhibe sa fille qui a fêté plusieurs fois Ste Catherine a aussi été malin en donnant de l’espoir à de nombreux mâles français à la recherche d’une âme sœur.

La bataille des primaires est dans la dernière ligne droite de plus en plus acharnée. Les solides arguments des candidats mettent tous les français dans l’incertitude, mais n’en doutons pas, grâce au niveau élevé des débats la France en sortira grandi et c’est bien ça le plus important.

Frédéric Le Quer