A quoi rêvent les Anglo-Saxons?

Par Vendredi 6 mai 2016 Permalink 4

Depuis quelques temps les WASP, blancs, protestants, Anglo-Saxons font preuve à la fois de velléités d’indépendance vis à vis d’un courant mondialiste qu’ils ont été les premiers à diffuser, mais aussi s’ancrent avec acharnement dans le métissage et la culture monde.

Concernant l’idée que notre terre est un village, le spectateur n’est pas déçu, même s’il peut être étonné, de leurs choix. Obama, il y a huit ans, devait révolutionner l’Amérique sous les hourras extatiques de la presse. Plus rien ne serait jamais comme avant, nous a-t-on dit. En fait, c’était le candidat de Wall Street et le président qui s’est peut-être aplati le plus devant la financiarisation de l’économie, s’est montré d’un conservatisme à enthousiasmer Warren Buffet en personne! Seule la couleur de peau d’Obama était une nouveauté et c’est bien peu pour changer la vie des citoyens. Maintenant le pakistanais musulman défenseur des terroristes islamistes risque de devenir maire de Londres! C’est un peu fort de café, mais tout a été mis en place pour cette issue compte tenu du type qui lui a été opposé… La presse est bien sûr ravie d’assister au commencement de l’effondrement de l’occidentalité.

Concernant l’indépendance, des suspens récurrents sont entretenus avec les référendums sur la sortie de l’Ecosse du Royaume-Uni ou de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne ou encore avec l’élection présidentielle américaine et l’improbable (éventuelle?) victoire de Donald Trump. La planète ne bruisse que de ces événements qui d’après des dirigeants unanimes pourraient engendrer des catastrophes à des niveaux  pas très bien définis mais les touchant, eux, certainement directement. Alors d’Obama à Merkel et l’UE, tous les gens soi-disant intelligents et compétents sont réquisitionnés pour faire entendre raison à un peuple dont on a l’impression qu’il aimerait secouer le joug de la tyrannie mondialiste. Du coup le soufflet retombe. Nos british se dégonflent comme de vieilles baudruches et la population effrayée par son audace, demande pardon à ses dirigeants et vote bien comme il faut!

Les Anglo-Saxons distraient l’occident avec des initiatives sans lendemain. Un petit tour de piste plus tard, la population se voit encore plus soumise aux vents d’un ultralibéralisme qu’elle contribue à renforcer mais dont les fruits ne sont cueillis que par quelques individus. Démographiquement, ils sont en train de perdre l’Amérique. S’ils continuent, ils perdront aussi la Grande Bretagne!

Frédéric Le Quer