1er mai, la révolution en marche?

Par Samedi 30 avril 2016 Permalink 2

Alors que les syndicats réformistes, CFDT, CFTC, UNSA, sont totalement décrédibilisés, les CGT, FO, la FSU et Solidaires ainsi que des mouvements de jeunesse (UNEF, FIDL, UNL) vont manifester demain et peut-être faire le coup de poing avec la police. Depuis longtemps, le 1er mai était devenu en France un moment clé pour le Front National. Le parti perd cette année la vedette bien qu’il soit haut dans les sondages.

Les syndicats ont beau soutenir qu’ils ne veulent pas de bagarre pendant la mobilisation, c’est bien celle-ci qui provoque véritablement l’intérêt et qui pousse le gouvernement dans ses retranchements. Plus les cortèges seront agités dimanche, plus les médias rendront compte du mouvement social. Le nombre devient assez secondaire, seule la détermination des manifestants compte réellement. La France est en crise, rien ne va mieux (on constatera d’ailleurs que le chiffre de la croissance du 1er trimestre 2016 est inférieur à celui du 1T15!) et le moral des citoyens est au plus bas. La cote de popularité du président de la république est nulle. Le gouvernement de Manuel Valls désespère la population. Dans ces conditions, les gens mobilisés sont les représentants engagés des autres citoyens qui attendent que la table soit renversée.

C’est là le plus intéressant dans la situation française. Le pouvoir exécutif est haï. Ceux qui sont susceptibles de le remplacer sont tout aussi détestés. L’expression populaire ne passera pas par les urnes dans le système sclérosé actuel. La France n’est pas l’Autriche. La France n’est pas la Hongrie. Elle n’osera pas franchir le pas avec un vote majoritairement en faveur de Marine Le Pen. En revanche il est assez dans l’esprit du pays de voir ses citoyens se soulever sur un mot d’ordre aussi vague que possible servant juste à mobiliser ensemble des sensibilités qui n’ont rien à voir entre elles. Les tensions sont fortes actuellement aussi bien à Paris qu’en province.

La négation systématique des difficultés sur tous les plans des français au lieu de rassurer exaspère. Le mois de mai peut parfaitement dans une incoordination totale faire sauter le couvercle posé sur une population de plus en plus révoltée. Les français montreraient ainsi la voie en s’insurgeant les premiers. Ce serait pas mal pour retrouver l’amour du pays!

Frédéric Le Quer