René Boivin, la joaillerie à l’honneur

Par Vendredi 9 décembre 2016 Permalink 1

Des dizaines de milliers de bijoux sont vendus lors des fêtes de Noël à l’hôtel Drouot. Depuis la fin novembre tous les jours, une, deux ou trois salles dispersent à l'encan des bagues, des broches, des pendentifs, des colliers, des bracelets, la plupart en or, certains de très grandes valeurs, d'autres moins, acquis pour mettre au pied du sapin par des particuliers ou acquis par le négoce dans le but d'être fondus ou désossés. Les marchands achètent actuellement au marteau le tout venant entre 19 et 21 euros le gramme d'or 18 carats, tarif auquel il faut ajouter entre 24 et 27 % de frais TTC à l'adresse des commissaires priseurs les moins gourmands. Bien sûr, certains bijoux ornés de pierres précieuses, fabriqués par de grandes maisons dépassent allègrement ces prix. Ce fut le cas hier, chez SAS Deburaux commissaires-priseurs, avec la broche barrette en une, en or gris et platine sertie de trois diamants de taille ancienne de 2,5 cts chacun environ dans un écrin de la maison René Boivin, vers 1910, dont le poids brut est de 10 grammes et dont l'estimation ressortait entre 4 et 6 mille euros. Le négoce de la place Vendôme affronta plusieurs téléphones et ...

Primaire de gauche

Par Jeudi 8 décembre 2016 Permalink 1

La primaire de gauche voit chaque jour de nouveaux candidats dont la notoriété ne dépasse guère leur cercle familiale et leur voisinage immédiat, se positionner sur la ligne de départ pour devenir président de la république française. La fonction tellement dégradée n'impressionne plus personne. Pire on pense de plus en plus à la formule de Michel Audiard dans la bouche de Lino Ventura: "Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnait!" Sur la forme, le Parti Socialiste, internationaliste par définition, est totalement dépassé par la nouvelle donne électorale où la césure se situe entre mondialiste et souverainiste. Ses marqueurs de gauche ont depuis longtemps été saisis par Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon. Son discours est globalement inaudible après ses cinq années calamiteuses passées aux affaires en se soumettant à l'Union Européenne et à l'OTAN. On nous dit de Montebourg qu'il est protectionniste. Le brave homme doit bien se positionner quelque part mais depuis qu'il a repris ses études après avoir été ministre, l'opportunisme reflète certainement davantage sa ligne de conduite qu'une vision politique bien nette. Valls représente le gag de cette fin d'année. Six mois avant l'échéance, il quitte son poste de premier ministre, histoire de ...

Bernard Cazeneuve: La provocation

Par Mercredi 7 décembre 2016 Permalink 5

Depuis quelques jours les français assistent à une crispation du pouvoir exécutif jamais connue sous la Ve république. Alors que le président Hollande sait sa politique si impopulaire qu'il ne se voit plus aucune chance d'être réélu et renonce à tenter de renouveler son mandat, au lieu de démissionner séance tenante (mais la soupe est tellement bonne!) ce qui aurait acté honnêtement sa juste analyse, il rameute ses derniers fidèles pour diriger l'état encore six mois au mépris de ses concitoyens. Bernard Cazeneuve à Matignon et Bruno Le Roux place Beauvau montrent que l'important pour ce régime n'est pas la légitimité populaire mais la possibilité de profiter le plus longtemps possible des ors de la république. Nos médias, toujours aussi soumis, nous infligent depuis quarante huit heures le panégyrique du nouveau premier ministre. L'individu qui en tant que ministre de l'intérieur, a eu les pires résultats en Europe ces dernières années avec des centaines de victimes du terrorisme islamique sur la conscience, se voit parer de vertus toutes plus belles les unes que les autres faites pour enthousiasmer les français. Son allure de nain de jardin montre pourtant assez bien le style du bonhomme, une attristante potiche défigurant encore un peu ...

Dominique

Par Mardi 6 décembre 2016 Permalink 1

Dominique est la raison sociale d'André Domin (1883-1962) et Marcel Genèvrière (1885-1967), deux ensembliers majeurs de l'entre-deux-guerres qui s'associèrent en 1922. Hier 5 décembre, à Drouot, chez Millon SVV, une rare lampe de table comme dit le catalogue, (50 cm) à fût en métal nickelé, profilé en ailes d'avion sur base à gradins avec un abât-jour en tissus (photo en une) se vendit après une dure bataille entre deux téléphones environ 27 500 € frais compris alors que l'estimation ne tournait qu'autour de mille euros. La maison Dominique en rupture avec l'esprit ornementale caractérisant l'art nouveau est particulièrement prisée pour ses meubles art déco. Avec, nous renseigne la Gazette Drouot, "l'orfèvre Puiforcat, les ébénistes Legrain et Chareau, et le joailler Templier, ils constituent en 1927 le groupe des cinq dont l'objectif est de rénover l'art décoratif français. Sept ans plus tard la maison Dominique réalise les aménagements intérieurs pour les appartements de grand luxe du paquebot Normandie. Elle fournit aussi une clientèle privée avide d'un mobilier d'avant-garde" Pierre Kjellberg écrit dans "Le meuble français et européen du moyen-âge à nos jours": "Les meubles de Dominique allient des formes droites et robustes, d'esprit cubiste, à une ébénisterie toujours de premier ...

Renzi, après Hollande

Par Lundi 5 décembre 2016 Permalink 3

Et de deux! Après François Hollande, c'est au tour de Matteo Renzi de renoncer au pouvoir en l'espace de quelques jours. Ce point commun en cache un autre, plus important, plus révélateur des milieux dirigeants européens, à envisager à l'aune des avantages matériels que les politiciens se sont octroyés sur le dos des citoyens. Dans les deux cas, ces hommes ont été trahis par les leurs. Avec le président français, il y eut d'abord Montebourg et Hamon, puis Macron et enfin Valls. Tous ces Caïn sont menés par la volonté de ne pas sombrer avec leur leader. Guère différents de François Hollande, ils se démarquent de la personne bien que, sur le plan intellectuel, ils soient incapables de proposer une autre voie pour la France. L'important pour eux est de sauver les meubles, sauver leur carrière, sauver leur misérable ego. Qu'importe l'intérêt supérieur de la nation! La seule chose supérieure pour eux c'est eux-mêmes. Leur bonne fortune les place au-dessus du lot. Ils veulent à tout prix y rester. Ce n'est pas là une défense de Hollande: à leur place il aurait fait la même chose. C'est juste la dramatique description d'un milieu politique qui a perdu le sens ...

L’Italie et l’Autriche

Par Dimanche 4 décembre 2016 Permalink 1

Les votes du jour sont potentiellement révolutionnaires car les électeurs en Italie et en Autriche sont enfin conviés à décider de leur avenir. L'oligarchie est totalement délégitimée partout en Europe et ses personnalités sont chassées du pouvoir au fur et à mesure qu'elles y arrivent. Tout d'abord il ne faut pas croire que ces élections viennent d'un souci pointilleux en faveur de la démocratie. Si Matteo Renzi avait pu éviter le référendum, il l'aurait fait. Hélas pour lui, il n'a pas obtenu suffisamment de voix au parlement en faveur de sa réforme constitutionnelle et il doit s'en remettre au peuple. Il voulait le faire voter en septembre puis y a renoncé en reculant l'échéance. En Autriche, après les tricheries du deep state en juin lors du second tour des présidentielles si énorme qu'elles ne purent passer, il a été décidé de revoter en septembre aussi mais le scrutin a été reculé pour, officiellement, une sombre histoire de bulletins mal imprimés par une entreprise bavaroise. Sacrés allemands! En fait l'espoir résidait dans ces deux états en l'élection d'Hillary Clinton en novembre, pas de chance, contrecarrant la tendance lancée par le Brexit, qui devait changer les mentalités en démontrant aux européens qu'un lourdaud ...

Francis Picabia (1879 – 1953), l’iconoclaste

Par Samedi 3 décembre 2016 Permalink 1

Alors que le MoMA est en train de consacrer une rétrospective concernant le peintre français Francis Picabia, première exposition aux Etats-Unis retraçant l'ensemble de l'oeuvre de l'artiste, le tableau, en une, de celui-ci, passait hier 2 décembre à Drouot chez Crait + Müller (Bords du Loing, temps gris, huile sur toile, signée et datée 1905 en bas à droite. 47 x 62 cm). Dans la veine impressionniste, le catalogue précise que "l'étude de lumière dérive de la leçon apprise de Claude Monet." La fiche de renseignement continue en nous apprenant que l'oeuvre avait déjà été présentée à l’hôtel Drouot en 1909 lors d'une vente "retentissante" organisée par Danthon, propriétaire de la Galerie Haussmann, où «chose curieuse, tout fut acheté par des amateurs et pas un seul numéro ne fut adjugé à un marchand.» Cette fois encore le tableau de Picabia fut probablement adjugé à un collectionneur privé. Il fit la somme rondelette de 115 920 € frais compris alors que l'estimation haute n'excédait pas 50 000 €. Le travail de Francis Picabia est inclassable et change au fur et à mesure du temps qui passe. Peut-être cherche-t-il sa voix ou plus probablement s'ennuie-t-il dans un style au bout de quelques années ...

Casse-toi, pauvre Hollande!

Par Vendredi 2 décembre 2016 Permalink 5

Quand un président socialiste n'a plus comme marqueur de gauche que toujours plus de mondialisation, il y a une tromperie. Non sens de mettre avec la libre circulation des marchandises, le coût des travailleurs français en concurrence avec celui des pays étrangers et forcément favoriser la règle du moins disant social. Non sens sous prétexte de libre circulation des individus, de faire venir en France, sclérosée depuis quarante ans par le chômage, toujours plus de travailleurs immigrés entrant directement en concurrence avec les français. Alors comme François Hollande a été élu par dépit suite à la déception causée par la présidence de Nicolas Sarkozy d'autant plus désastreuse qu'il venait, lui, grâce à un vote d'adhésion, son passage à l'Elysée ne pouvait être qu'un malentendu. Malentendu de voir la France d'en haut boboïsée se complaire dans le caritatif à outrance vis à vis de populations lointaines et mépriser la France du périurbain, celle des ouvriers, des employés, des commerçants. L'arrogance de toute cette bourgeoisie bien pensante choque quand elle prône pour le peuple un multiculturalisme confinant non pas à plus d'ouverture d'esprit mais à un abêtissement constant des élèves des classes moyennes pendant qu'elle-même se complaît dans le privé ou les lycées ...

Miniature très prisée

Par Jeudi 1 décembre 2016 Permalink 1

Une miniature sur vélin fit hier à Drouot la sensation. Au XVIe siècle, la miniature, travail à la gouache sur vélin (éthimologie veau) ou sur parchemin, inspirée de l'enluminure devient un art à part entière. Son apparition est assez précisément datée de 1515-1518 avec des petits portraits de François 1er et de Jules César attribués à Jean Clouet, peintre originaire de Bruges ou Gand. A l'origine la Gazette Drouot dans un article d'Anne Foster de novembre 2014 précise que "les miniatures étaient enchâssées dans des boîtiers tournés en ivoire et recouverts d'un cristal de roche. Elles étaient considérées comme des objets précieux et furent souvent l'apanage des rois." Notre miniature en une ne date que du XVIIIe siècle. Le catalogue de vente de la maison Binoche et Giquello qui proposait une estimation de 2 à 3 mille euros est très détaillé concernant l'objet sans pour autant proposer d'attribution. Ecole française vers 1745. Portrait de Stanislas Leszczynski en pèlerin de l'amour guidé par un jeune enfant dans le parc du château de Commercy. Il élève dans sa capitale Lunéville une grandiose église de style baroque dévouée à St Jacques parce qu'ayant fui la Pologne ravagée par la guerre, il ne réussit à ...

Norbert Hofer tient presque sa revanche

Par Mercredi 30 novembre 2016 Permalink 3

Avant le scrutin de dimanche, après l'annulation de celui du printemps dernier pour tricherie avérée du camp gagnant, choisi par les médias, représenté par l'écologiste Alexander van der Beulen, l'hystérie anti Norbert Hofer, l'adversaire, candidat FPÖ, victime de la magouille, bat son plein dans la presse allemande et autrichienne. Après le dernier duel télévisé d'hier soir, Hofer, le candidat à la présidence de la république autrichienne qui offre des pouvoirs bien supérieurs à ceux de son homologue allemand (il peut dissoudre l'assemblée nationale par exemple) tout en étant inférieurs au français, est dorénavant comparé à une sorte de sophiste magicien et hypnotiseur qui utilise dans les débats des mots subliminaux pour disqualifier ignominieusement le pauvre van der Beulen. Tout et n'importe quoi est asséné aux électeurs pour qu'ils votent bien. En général on sait comment cela finit! Il faut dire que, dans les duels télévisés, les postulants, à l'inverse de chez nous, sont interrogés sur des sujets clés comme l'Union Européenne et les réfugiés. Norbert Hofer veut se démarquer de la politique allemande d'Angela Merkel pour se rapprocher des pays de l'est de l'Europe et en particulier la Russie de Poutine. Scandale de lèse-majesté! L'acronyme "OXIT" à l'image de BREXIT est apparu. ...