A la poste, le nouveau monde

Par Mercredi 17 janvier 2018 Permalink 4

C'était à la poste, hier, devant des automates où on timbre lettres et colis. Il y a plusieurs machines coincées entre deux murs. Un vieux monsieur, au moins 85 ans, gabardine et chapeau gris, plutôt élégant, maigre, cherche à accéder à l'une d'entre elles. Vous connaissez les gens âgés! Ils sont pressés! Mais bon, c'était libre, il n'y avait pas de raison pour qu'il n'y aille pas. Devant lui un africain, une cinquantaine d'années, grand type approchant les 100 kilos, probablement employé municipal, il portait un gilet avec des bandes fluorescentes blanches et vertes, était en train d'affranchir son courrier. Notre petit père le bouscule pour passer. Vous voyez le tableau, la frêle silhouette frôlant le colosse! Mais que n'avait-il commis cependant? L'autre se retourne et entreprend de lui apprendre à vivre avec un long discours sur le respect dû à sa personne... Le petit vieux s'excuse... plutôt humblement, enfin il ne voulait pas d'histoire. Et puis il me regarde. Nos yeux se croisent et on les lève au ciel. Ni l'un ni l'autre n'avons répliqué. J'ai d'ailleurs bien senti qu'il souhaitait que l'incident se tassât. Et puis tous les deux, nous le savions bien, la dispute aurait tourné en conflit ...

Trafic de drogue au métro Marcadet-Poissonniers

Par Mardi 16 janvier 2018 Permalink 4

Une chaîne de télévision, BFM Paris, proposait hier un reportage dans la station de métro Marcadet-Poissonniers. Celui-ci était assez invraisemblable par le laisser-faire et l'incurie des pouvoirs publics qu'il donnait à montrer en filigrane. Dealers de drogue et toxicomanes ont pris possession de l'endroit devenu une espèce d'îlot Chalon en modèle réduit, ancien quartier de la gare de Lyon célèbre dans les années 80 pour ses trafics de drogue dure. Les vendeurs de drogue ont transformé les quais du métro en supérette des stupéfiants et les drogués inhalent leur crack, se piquent, sniffent de la cocaïne assis sur les petites chaises individuelles installées contre les murs par la RATP théoriquement utiles aux voyageurs. Ces derniers, ceux qui osent encore descendre dans cet enfer moderne, regardent du coin de l’œil le business des trafiquants et les shoots des toxicos. Ils font bien sur mine de rien. Les rixes sont nombreuses et cette fange est particulièrement dangereuse. Les blacks qui se livrent à ces horreurs n'ont probablement rien à perdre et un regard de travers pourrait les mettre en rage. Aucun policier, tous occupés à mettre des PV en surface, ne viendra jamais protéger le voyageur qui aura provoqué le courroux des ...

Lactalis et l’esprit ambiant

Par Lundi 15 janvier 2018 Permalink 1

Depuis la crise de 2008, les multinationales se sentent intouchables. Sauvées au détriment des populations avec l'appui du monde politique, elles connaissent leur force, leurs patrons ont bien assimilé leur toute-puissance. Dès son arrivée au pouvoir Emmanuel Macron a été adoubé par l'un des hommes les plus importants de la planète, le PDG de JP Morgan par ces mots: "Le président français est un très gros plus pour les milieux d'affaire en Europe". Cet état des lieux donne le sentiment aux grandes entreprises d'être impunissables, le CETA, accord commercial Canada-Union Européenne le renforçant. Lactalis se rit des gros yeux que fait semblant de lui faire le gouvernement. Les problèmes d'hygiène à l'intérieur de l'usine dénoncés par un employé ont vite été étouffés. Ce n'est pas du coté des médias, tous détenus par des milliardaires, qu'il faut s'attendre à de la transparence! Actuellement sur Paris, un autre exemple de scandale, même s'il n'est pas sanitaire, avec Smoove qui remplace JC Decaux pour la fourniture de vélib, est en cours. Mais tapez ce nom d'entreprise sur Google vous n'y verrez que des éloges bien qu'indéniablement la boite ne remplit absolument pas ses obligations! L'usager est floué mais la mairie bien qu'elle menace, n'obtient ...

Robert Antoine Pinchon (1886-1943)

Par Dimanche 14 janvier 2018 Permalink 1

La juxtaposition de touches de couleurs pures, la représentation stylisée et peu réaliste des formes et des corps, l'intérêt pour les sujets tirés de la vie moderne (industrialisation ou divertissements populaires), bref, tout ce qui caractérise le postimpressionnisme est la grande affaire de l'oeuvre picturale de Robert Antoine Pinchon. Il fait partie de la deuxième génération des peintres de l'école de Rouen. Dès 19 ans sa carrière est lancée lors d'une exposition chez Legrip, "le père Tanguy des impressionnistes rouennais" dixit la Gazette Drouot. L'industriel normand François Depeaux lui fait rencontrer Albert Lebourg et même Claude Monnet qui l'adoubent comme coloriste. Avec de telles lettres de noblesse les expositions de ses tableaux vont tout au long de sa vie se multiplier et même la première guerre mondiale dans laquelle il est enrôlé et blessé, n'arrêtera pas le succès d'une création artistique résolument en marge des mouvements majeurs qui animent la première moitié du XXe siècle, cubisme expressionnisme, surréalisme... Robert Antoine Pinchon n'a jamais été oublié. Des noms de rues en Seine Maritime rappellent aux passants son travail et le musée des beaux arts de Rouen expose ses toiles. Du coté des enchères sa cote se maintient bien sans faire d'étincelles mais ...

Adrien Hébrard (1865-1937)

Par Samedi 13 janvier 2018 Permalink 1

Le fondeur est au sculpteur ce que l'interprète est au compositeur de musique. "Une fonte mal faite ruine l'oeuvre du meilleur des sculpteurs", écrit Jean Bernard, président de la fondation de Coubertin (métiers manuels). Adrien Hébrard dirige la Fonderie Hébrard qui réalise les œuvres des plus grands artistes du début du XXe siècle. Il fut, entre autres, le meilleur collaborateur de Rembrandt Bugatti ( http://politiqart.com/rembrandt-bugatti-1884-1916/ ). Comprenant vite le potentiel créatif du jeune homme passionné de sculpture animalière, l'entrepreneur avisé lui organise des expositions commerciales dans sa galerie de la rue Royale. Les deux hommes vont former une paire inséparable. D'ailleurs, Adrien Hébrard apporte un plus aux sculptures de son poulain en décidant de les numéroter, ce qui est une pratique tout à fait exceptionnelle à l'époque. Les collectionneurs d'hier comme d'aujourd'hui sont alors rassurés sur l'authenticité de ce qu'ils acquièrent... Pour plusieurs centaines de milliers d'€ quand il s'agit d'un bronze de Bugatti! On peut donc dire que le succès des bronzes de Rembrandt Bugatti doit aussi à son fondeur qui dès 1904 lui donne accès à la fonte à la cire perdue qui fait la réputation de ses ateliers grâce à la grande précision de leur empreinte et ...

L’Afrique va à vau-l’eau

Par Vendredi 12 janvier 2018 Permalink 5

L'Afrique, citons quelques pays comme l'Algérie, le Maroc, la Tunisie, le Niger, le Tchad, le Cameroun est en capilotade. Les événements en ce début d'année s'accélèrent. La gronde des populations s’accroît. Les raisons sont diverses. Une histoire de mineurs au Maroc ( http://politiqart.com/mouvements-sociaux-au-maroc/ ), de médecins en Algérie espérant d'autres conditions de travail, de hausse des prix couplée à de l'austérité en Tunisie, de hausse de l'essence au Tchad, de manque de tout et particulièrement d'électricité au Niger, d'ordinateurs offerts aux étudiants qui ne marchent pas (in fine encore un problème de corruption) au Cameroun et dans le même pays une histoire de conflit linguistique entre francophones majoritaires et anglophones s'estimant maltraités. N'en jetez plus! Tout va à vau-l'eau. Le point commun entre ces pays est qu'ils sont fortement soutenus par l'Europe et la France. Au moins de deux manières principales. D'abord les aides financières sont largement distribuées aux frais du contribuable occidental aux gouvernements tous largement corrompus dont les membres s'enrichissent au passage au dépens de leurs concitoyens. Classique. Connu. Mais ensuite de manière plus subtile, la soupape de sécurité que constitue l'émigration de masse vers l'Europe permet à la jeunesse d'avoir une roue de secours, une bouée de sauvetage. ...

Catherine Deneuve refuse le voile

Par Jeudi 11 janvier 2018 Permalink 4

Ma femme me disait hier qu'elle avait aimé les baisers que je lui volais avant que nous soyons tout à fait ensemble. Moi aussi! Et c'est ce genre de choses que Catherine Deneuve défend dans la tribune s'en prenant au #MeToo ou au #balancetonporc. Faire confiance à l'homme comme à la femme pour s'apercevoir de ce qui est vraiment inopportun et de ce qui relève du marivaudage ou de la recherche d'un sentiment chez l'autre qu'il faut bien savoir s'il est partagé ou non, correspond à ériger la normalité en règle. En effet, si des hommes indélicats existent, comment peut-on en faire la majorité? C'est mensonger, faux, archi-faux. Les hommes occidentaux n'ont pas à être pris dans leur ensemble pour d'horribles violeurs parce qu'il existe quelques détraqués. "La drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste." dit la tribune cosignée par l'actrice avant de poursuivre plus loin par cette remarque essentielle: "cette fièvre à envoyer les « porcs » à l’abattoir, loin d’aider les femmes à s’autonomiser, sert en réalité les intérêts des ennemis de la liberté sexuelle, des extrémistes religieux..." C'est bien la question. Les fausses féministes qui font semblant de défendre le droit ...

Emmerdez les français!

Par Mercredi 10 janvier 2018 Permalink 6

" Mais arrêtez donc d'emmerder les français! Il y a trop de lois, trop de textes, trop de règlements dans ce pays. On en crève! " L'exclamation de Georges Pompidou datant de 1966 est passée aux oubliettes. Le gouvernement actuel n'a de cesse de vouloir légiférer, légiférer sur tout, légiférer pour précariser, légiférer pour punir, mettre à l'amende, inhiber les comportements. Alors que la réalité de la reprise économique est bien loin d'être démontrée, que le ressenti dans la population est nul, l'état tente de faire entrer du pognon dans les caisses par des moyens suppléants la diminution des rentrées fiscales. Les petites gens vont devoir payer les cadeaux faits aux riches pour que la France soit sous les 3% de déficit et qu'Emmanuel Macron puisse se pavaner dans les instances européennes à nos frais. La question n'est évidemment pas de punir les comportements véritablement délictueux, ni même criminels, ceux là restent à l'abri des rigueurs de la loi qui leur trouve toutes les excuses du monde, mais de faire payer ceux qui roulent un poil trop vite, qui se garent mal quelques minutes, qui fument, qui boivent ou n'importe quoi d'autre du moment qu'ils sont de la classe moyenne, ...

Rupture conventionnelle collective

Par Mardi 9 janvier 2018 Permalink 4

Vous avez aimé le licenciement économique. Vous adorerez la rupture conventionnelle collective. Hier Pimkie, groupe de prêt à porter, espérait 208 départs de salariés, aujourd'hui, Peugeot envisage 1300 départs via la rupture conventionnelle collective dont les décrets d'application viennent d'être pris. Cette trouvaille des ordonnances Macron permet d'éviter les plans de sauvegarde pour l'emploi qui comme le nom ne l'indique pas ne sauvegardent aucun emploi évidemment mais permettent au salarié qui en subit les conséquences d'aller se battre aux prud'hommes pour récupérer un peu plus de tunes après avoir été viré. Dorénavant il s'agira de départs volontaires dont l'horizon reste néanmoins pôle emploi mais une fois le salarié parti c'est fini, plus de recours possible devant la justice. Et quand on lui dira de partir, compte tenu de ce qu'est le monde de l'entreprise, il aura bien du mal à rester! Ce n'est pas un machin fait pour les petites entreprises avec des patrons dont les difficultés sont parfois même plus grandes que pour leurs salariés et qui se battent pour joindre les deux bouts. Non, la rupture conventionnelle collective est faite pour les grosses boites, celles qui versent aux dirigeants des salaires et des dividendes d'année en année toujours plus ...

Charlie, vous avez dit Charlie?

Par Lundi 8 janvier 2018 Permalink 8

Trois ans après, qu'est-ce que veut dire être Charlie? Moins d'un jeune sous la trentaine sur deux se dit l'être. Tout le monde se souvient de ce grand défilé dans la veine pétainiste d'un dimanche après-midi sous la bannière de "Je suis Charlie". Pétainiste, parce qu'il s'agissait d'une France voulant collaborer avec l'ennemi à condition surtout qu'on ne la maltraitât plus. Une France de lâches plongée dans les compromissions. Une France de déserteurs refusant le combat la peur au ventre. Une France unie comme elle le fut sous Pétain. Le parti socialiste était en première ligne, un peu comme la gauche fut avec l'extrême droite en première ligne à Vichy. "Je suis Charlie", c'était accepté l'immigration à outrance, l'envahissement, cette diversité qui pousse la population de renoncement en renoncement à oublier ce qu'elle est et ce qu'elle doit à ses ancêtres pour laisser un autre peuple se constituer sur son territoire. On retrouve ce genre de phénomène en biologie avec un organisme qui petit à petit détruit celui dans lequel il est venu s'installer. Mais depuis quelques temps un glissement sémantique se dessine dans la notion "Je suis Charlie". L'idée de résistance émerge à tel point que les grands médias tous ...